Sécurité Social : Le déficit se creuse

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34109
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 juin 2009, 13:03:00

Bonjour,

La Sécurité sociale à son tour victime de la crise. Une nouvelle aggravation du "trou" de la Sécu a été annoncée par la députée UMP Marie-Anne Montchamp, lors d'une communication devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. "L'effet de moindres recettes pourrait donc porter le déficit du régime général entre 20 et 21,3 mds d'euros en 2009", peut-on lire dans le document de l'élue du Val-de-Marne. En mars, le ministre du Budget, Eric Woerth, avait déjà révisé à la hausse le déficit prévu pour la Sécu (évalué jusqu'alors à 10,5 milliards d'euros), qu'il avait estimé "entre 17 et 18 milliards d'euros en 2009".
 
L'aggravation du déficit est principalement liée au ralentissement de la masse salariale. "Dans l'hypothèse d'un prolongement de la situation enregistrée au cours de l'année 2009, l'évolution de la masse salariale en moyenne annuelle pour 2009 pourrait donc s'établir entre -0,65 et -1,3%", note la députée UMP. Selon elle, la branche maladie respecte toutefois "globalement ses objectifs" et l'année 2009 devrait se traduire par de "moindres dépenses" (environ 820 millions d'euros) sur la branche vieillesse.   "Une économie de l'ordre de 100 millions d'euros devrait être réalisée sur les départs anticipés pour carrière longue. Le durcissement des conditions d'accès au dispositif devrait faire passer le nombre de bénéficiaires de 120.000 en 2008 à 35.000 en 2009", selon Marie-Anne Montchamp. En outre, "du fait d'une inflation moins élevée qu'anticipé, la revalorisation des pensions devrait être moins accentuée, permettant une économie de l'ordre de 720 millions d'euros".
 
Au final, "l'année 2009 se clôturera sur le constat d'un déficit important du régime général", avec une dette cumulée "pouvant dépasser 100 milliards d'euros au 31 décembre 2009" soit "1.700 euros à la fin de l'année" pour "chaque Français".

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 13 juin 2009, 13:40:00

Que l'Etat paie sa dette colossale à la sécu, et ensuite on pourra faire les compte.

Avatar du membre
arthur
Messages : 123
Enregistré le : 30 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Waremme, belgitude

Message non lu par arthur » 13 juin 2009, 15:00:00

Georges a écrit :Que l'Etat paie sa dette colossale à la sécu, et ensuite on pourra faire les compte.

Ben oui, l'état... en fait les "bénéficiaires" de la sécu... en tant que contribuables...
Si les élections pouvaient changer le système, il y a longtemps qu'elles seraient supprimées...

Ni dieu, ni maître... et basta...

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 juin 2009, 15:28:00

Il est évident que la Sécu, telle que nous la connaissons, n'est tout simplemnt plus viable, et bouffe une part exorbitante des revenus de l'Rtat, mais aussi de la compétititvité des entreprises et du salaires de travailleurs, puisque'ils sont la seule source d'alimentation de cette Secu.

La première piste à envisager est la suppression des cotisations obligatoires à la Sécu pour les entreprises et les travailleurs, et leur remplacement par une TVA sociale, de telle sorte que chacun y conribue en fonction de ses dépenses. Je cite (Wikipedia)

D'autres mesures ont été également abordées, comme le basculement du financement de la sécurité sociale des cotisations sociales vers la TVA sociale, afin de moins pénaliser le coût du travail déjà élevé en France. En effet, en 1999, la France était avec 30,3% de son PIB le pays qui dépensait le plus pour sa sécurité sociale, derrière uniquement la Suède, ce qui se répercute sur le coût pour une entreprise à embaucher quelqu'un.
Une autre possibilité consisterait à renoncer au ruineux monopole de la Sécu, et à renvoyer les usagers vers des assurances privées, bien plus performantes.
Les cotisations des "pauvres" étant seules prises en charge par le contribuable, les autres étant déductibles fiscalement.
D'autres demandent la fin du monopole de la sécurité sociale, jugé en bonne partie responsable de la dérive actuelle des dépenses de santé: plusieurs députés estiment ainsi que l'Europe a mis fin au monopole de la sécurité sociale et posent des questions en ce sens à l'Assemblée nationale. Dès lors, selon eux, chacun peut s'assurer auprès de l'opérateur de son choix. Cette mesure permettrait de réduire les coûts de façon importante, les compagnies d'assurance privées étant jugées plus efficaces que le monopole public. Cette thèse a été par exemple défendu par Claude Reichman, Edouard Fillias, Jean-Marc Roubaud, Jérôme Rivière, etc[7].
La légende de l'etat devant de l'argent à la Sécu (alors que la Sécu c'est l'etat) est simplement risible.

et on nepeut continuer un système où UN TIERS de toute l'activité d'un pays ne sert qu'aux soins de santé.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 13 juin 2009, 17:49:00

Ce n'est pas une légende, cela vient de plusieurs rapports de la cours des compte dont le président est à l'UMP. Désolé mais la sécu ce n'est pas l'Etat.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 juin 2009, 21:16:00

Bien entendu, que, sous son statut de parastatal, la Sécu est détenue à 100 % par l'Etat ! Qui d'autre, selon toi ?

Même si l'etat liquide le budget avec un cergain retard, cela n'a aucune incidence.

Par contre, la Sécu prend, rien que pour sa gestion ... 10 milliards d'euros chaque année !!!

Et ristourne des sommes énormes aux syndicats. On comprend qu'ils ne soient pas favorables à la privatisation !

http://www.contribuables.org/publicatio ... budget-soc…
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Georges
Messages : 6994
Enregistré le : 28 févr. 2009, 00:00:00
Parti Politique : Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)
Localisation : Village de Normandie

Message non lu par Georges » 13 juin 2009, 21:59:00

Ce sont les salariés et les employeurs qui cotisent à la sécurité sociale et ce sont eux qui la gére, l'Etat n'a pas plus à y voir que les autres employeurs.

Garance
Messages : 650
Enregistré le : 28 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Ile de France

Message non lu par Garance » 13 juin 2009, 22:13:00

Exonérations des charges patronales pour les grandes entreprises, afin qu'elles préservent, voire créent des emplois : environ d'euros 75 milliards d'euros par an.
Donc, autant de manque à gagner pour les caisses de Sécu et Retraite.
La plupart de ces entreprises ont-elles employé cette faveur fiscale pour ne pas délocaliser ? Ben non !
Ont-elles investi ce cadeau en bourse ? Ben ouais !

Cherchez l'erreur ou plutôt le trou de la Sécu ...

Et qu'est devenu la CRDS crée par Juppé ? ... elle navigue dans les paradis fiscaux, via la CADES ... :mrgreen:

Merci qui ? ... merci l'Etat providence qui fait les poches des citoyens pour alimenter le train de vie des milliardaires qui se dorent sur des yachts bolloréens ... :ok:


Réference bibliographique : "Sécurité sociale, main basse sur le trou" paru aux Editions Carnot. ;)

Avatar du membre
arthur
Messages : 123
Enregistré le : 30 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Waremme, belgitude

Message non lu par arthur » 13 juin 2009, 22:20:00

Tout pareil en belgitude pour ce qui est des cotisations patronales... un gros cadeau consenti une énième fois de plus aux patrons lors du dernier plan de... "relance"... avec la bénédiction des directions syndicales, en échange de quelques misérables fifrelins accordés aux travailleurs... et encore, avec des élastiques...
Si les élections pouvaient changer le système, il y a longtemps qu'elles seraient supprimées...

Ni dieu, ni maître... et basta...

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 juin 2009, 07:52:00

Qu'importe que le financement vienne des patrons, des salariés ou de l'etat (en fait, les trois).


Mais qu'un tiers du budget de l'etat passe en sécu, et que la gestion de ce mammouth bouffe à elle seule 10 milliards par an, cela ne vous bluffe pas ?

Je vous rappelle que la charitable tolérance de l'UE au taux de divergence extravagant de la France par rapport à l'euro a ses limites ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 14 juin 2009, 09:52:00

Peut être serait il temps de reformer notre système de prestations sociales .

Aujourd'hui on traque les fraudeurs, les arrêts maladies excessifs et non justifiés de la part des français mais on oublie que ces derniers sont les uniques contributeurs de cette securité sociale contrairement aux étrangers qui bénéficient de la gratuité des soins par exemple alors même qu'en tant que non citoyen français, ils ne participent pas à son financement.

Par conséquent la reservation des allocations familiales et des soins aux citoyens français constitueraient de solides pistes d'économies qui devraient être accompagnés par une meilleure rigueur dans la gestion aujourd'hui trop laxiste de ces etablissements.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 juin 2009, 11:35:00

Tu te trompes lourdement.

Les étrangers ne bénéficient pas de la sécurité sociale française, sauf cas particuliers, tels les étudiants qui doivent néanmoins payer un forfait anuel d'environ 200 €.

Par ailleurs, les étrangers européens titulaires d'une sécurité sociale dans leur pays peuvent se faire soigner dans les autres pays de l'UE, aux tarifs mutuellistes locaux, suite à des accords entre les différentes Sécu nationales.  C'est ainsi qu'un nombre croissant de français viennent se faire opérer dans les grands hopitaux belges.

Il reste encore les assistés sociaux étrangers (réfugiés politiques par exemple) , dont les interventions sont prises en compte par les services sociaux.

Les autres étrangers paient le prix fort.

 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 14 juin 2009, 12:47:00

Excuse moi...Apparemment tu evoques un dossier sans en connaître les contours.

L'AME, l'aide Medicale d'Etat est accordée aux étrangers en situation irregulière qui bénéficient de la gratuité des soins, sans ticket moderateur...Pour un coût de 1.5 milliards d'euros ce qui montre d'ailleurs l'importance de la deferlante migratoire.

De plus le sysème d'allocation familiale favorise de fait les étrangers au fort taux de fecondité et se fait au detriment des français que la crise économique, l'absence de perspective et les difficultéss qu'ils rencontrent dissuadent de faire des enfants.

C'est bien le contraire qu'il convient de mettre en oeuvre et je ne pense pas que tu sois crédible une demi seconde en expliquant que les étrangers n'ont droit à rien...Si tel était le cas, cela se saurait et il n'y aurait pas autant de candidat à l'émigration.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 14 juin 2009, 15:09:00

L'AME, l'aide Medicale d'Etat est accordée aux étrangers en situation irregulière qui bénéficient de la gratuité des soins, sans ticket moderateur...Pour un coût de 1.5 milliards d'euros ce qui montre d'ailleurs l'importance de la deferlante migratoire.
Outre que la somme d'I,5 milliards, pour considérable qu'elle soit, ne représente d'une goutte dans la mer de la Sécu, que suggères-tu pratiquement : qu'on laisse ces pauvres gueux agoniser dans la rigole ?  Aucun pays civilisé e le fait. Le problème n'est pas qu'ils recoivent des soins gratuits, mais bien qu'ils soient là !


De plus le sysème d'allocation familiale favorise de fait les étrangers au fort taux de fecondité et se fait au detriment des français que la crise économique, l'absence de perspective et les difficultéss qu'ils rencontrent dissuadent de faire des enfants.
Ca, c'est le résultat de la politique nataliste d'après le rapport Sauvy. N'oublie pas que ces véritables primes à la reproduction s'appliquent essnetiellement à des citoyens français, puisque vous avez balancé votre nationalité à la tête de n'importe qui.

C'est bien le contraire qu'il convient de mettre en oeuvre et je ne pense pas que tu sois crédible une demi seconde en expliquant que les étrangers n'ont droit à rien...Si tel était le cas, cela se saurait et il n'y aurait pas autant de candidat à l'émigration.
Tu confonds "étranger" (une riche brésilienne venant se faire rectifier le nez) et "immigrés", qui sont des ges sous statut social français.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34109
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 14 juin 2009, 15:44:00

Bonjour,

Je ne pense pas que les étranger et les immigrés sont la cause du déficit de la sécu, je pense que c'est un faux débat.
 
Quelques explications :
"Après une forte réduction entre 2004 et 2007, le déficit de la branche maladie se stabilise en 2008", à 4,4 milliards d'euros contre 4,6 milliards en 2007, a observé la CCSS. La croissance des dépenses d'assurance maladie "est restée modérée en 2008", avec notamment des dépenses de soins de ville (secteur libéral) qui "ralentissent notablement, en grande partie du fait de la franchise mise en place en janvier 2008".

La branche vieillesse "connaît en revanche une dégradation d'un milliard d'euros par rapport à 2007", avec un déficit de 5,6 milliards d'euros, qui s'explique surtout par "le rythme soutenu des départs à la retraite des générations du "baby-boom"".

Quant à la branche famille, excédentaire de 200 millions d'euros en 2007, elle affiche un déficit de 300 millions en 2008. Les prestations pour la "petite enfance" ont connu une progression particulièrement forte, avec le pic de naissances atteint en 2008. La branche AT-MP (accidents du travail) affiche de son côté un excédent de 200 millions d'euros, après un déficit de 500 millions en 2007.

Aux suppressions massives d'emplois qui étaient attendues est venue s'ajouter l'envolée du chômage partiel dans les secteurs de l'automobile, de la métallurgie ou des industries plastiques (183.000 personnes en ont bénéficié au premier trimestre). Lorsqu'ils se trouvent dans cette situation, les salariés continuent à toucher 60 % ou 75 % de leur revenu brut, mais la Sécurité sociale, elle, perd la grande majorité de ses recettes. « L'indemnité de chômage partiel, à la différence du salaire qu'elle remplace directement, ne donne lieu qu'au paiement de la CSG et est donc absente de l'assiette des cotisations de Sécurité sociale », explique l'Acoss.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré