Matérialisme, ou Spitritualisme...

Vous souhaitez parler des problèmes de religion dans notre pays ou parler de philosophie c'est içi
Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 08 févr. 2009, 22:37:00

Salut,

J'ai déjà eu ce genre de conversation avec une bonne soeur, une femme admirable et adorable, celà dit en passant.
Ses arguments, même si je n'y croyais pas et qu'elle le savait, etaient assez convaicant.
La foi est très difficile à comprendre pour un non croyant comme moi, et elle est encore plus difficile à expliquer pour un croyant.
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
Fauché
Messages : 35
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00

Message non lu par Fauché » 01 mars 2009, 18:30:00

Einstein disait: " Définissez moi Dieu et je vous dirais si j'y crois"
Ma définition personnelle est que chaque esprit Humain est une étincelle et que Dieu (Dit eux) est le feu résultant de ces étincelles passées (par les idées qu'ils ont fait naitre et qui survivent au fil du temps) et présentes .
Le temps épure ce feu des idées fausses pour ne laisser place qu'à la Vérité qui elle est éternelle.
"A force de négliger l'évidence par bêtise ou par profit,l'Homme s'est éloigné de ce qui désormais lui semble une utopie..."

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2127
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 02 mars 2009, 11:54:00

Bonjour,

Einstein disait aussi :

"Ce que vous avez lu sur mes convictions religieuses était un mensonge, bien sûr, un mensonge qui est répété systématiquement. Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler "religieux" ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’univers pour autant que notre science puisse le révéler."


Tout comme Einstein, je pense que le concept de "religion" est aussi flou que dénuer de sens. Finalement il traduit la "religion" par là ou s'arrête notre compréhension scientifique de l'univers.

Avatar du membre
lucifer
Messages : 4158
Enregistré le : 17 janv. 2009, 00:00:00
Localisation : Naoned

Message non lu par lucifer » 02 mars 2009, 19:46:00

Donc l'imaginaire, c'est ça ?
Maintenant que j'habite en province, je suis devenu peace and love. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ( surtout les descendants d'immigrés des cités que j'adore dorénavant )

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2127
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 03 mars 2009, 19:01:00

Bonjour,

Bonne remarque, "l'imaginaire c'est ça",  là ou s'arrête notre compréhension intervient l'imaginaire, donc on peut essayer soit d'expliquer ce que l'on ne comprend pas par de "l'imaginaire rationnel" en étudiant différentes éventualités logiques, soit l'on fait de"l'imaginaire irrationel et fantasmagorique" au tel cas on aboutit sur des thèses très peu plausibles, comme la religion. 

Avatar du membre
GIBET
Messages : 3256
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Finistère

Message non lu par GIBET » 06 mars 2009, 00:48:00

Je ne suis ni athée, ni croyant (c'est la même idéologie par opposition) ni agnostique (c'est l'irresponsabilité dans l'indécision)
Je suis existentialiste et ne crois donc pas qu'une existence soit précédé d'une essence.
Ainsi je ne suis soumis à aucun déterminisme et j'assume mes actes, sans besoin de m'expliquer si Dieu existe ou n'existe pas.
La seule chose qui m'intéresse ce sont les interactions de causalité qui existent entre mes actes et ceux des autres , car je n'ai pas ce parapluie de facilité irresponsable qui consiste à dire "c'était écrit"
Je me suis donc abstenu dans le vote n'ayant pas trouvé la case adéquate (ce qui démontre d'ailleurs les tendances de choix majoritaire de notre culture actuelle...on est toujours quelque chose par rapport à Dieu. Curieux pour une République laïque)
Le silence est un ami qui ne trahit jamais

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 06 mars 2009, 18:06:00

Pourquoi opposer matérialisme à spiritualité ?

La vie est faite de contingences matérielles auxquelles il faut répondre avec pragmatisme, et d'aspirations profondes qui peuvent s'en détacher d'avantage.

L'homme qui n'est pas les deux à la fois est un handicapé.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2127
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 07 mars 2009, 01:50:00

GIBET a écrit : Je ne suis ni athée, ni croyant (c'est la même idéologie par opposition) ni agnostique (c'est l'irresponsabilité dans l'indécision)
Je suis existentialiste et ne crois donc pas qu'une existence soit précédé d'une essence.
Ainsi je ne suis soumis à aucun déterminisme et j'assume mes actes, sans besoin de m'expliquer si Dieu existe ou n'existe pas.
La seule chose qui m'intéresse ce sont les interactions de causalité qui existent entre mes actes et ceux des autres , car je n'ai pas ce parapluie de facilité irresponsable qui consiste à dire "c'était écrit"
Je me suis donc abstenu dans le vote n'ayant pas trouvé la case adéquate (ce qui démontre d'ailleurs les tendances de choix majoritaire de notre culture actuelle...on est toujours quelque chose par rapport à Dieu. Curieux pour une République laïque)



La notion d'existentialisme n'est pas vraiment en corrélation avec le sujet, l'existentialisme étant un courant de pensée philosophique (cf. Sartre, Nietsche...), et non un sujet de philosophie. Par contre, je vous invite vivement à faire un sujet dessus, cela pourrait être intéressant.
Sinon l'existentialisme athée et chrétien existent à ce que je sache?
mps a écrit :

Pourquoi opposer matérialisme à spiritualité ?

La vie est faite de contingences matérielles auxquelles il faut répondre avec pragmatisme, et d'aspirations profondes qui peuvent s'en détacher d'avantage.

L'homme qui n'est pas les deux à la fois est un handicapé.


Tu es donc agnostique.

Bien cordialement.

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 07 mars 2009, 17:43:00

bonjour . j aime bien vous lire c est beau l instruction( sarte nietsche, sa fait revé,) ..
mais si je me permet, nous ont ne connait pas et en ce posses pas ses questions,..
l instruction permet elle de repondre a vos questions,..
ou l instruction fait que lont ce posses d autres question??
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
GIBET
Messages : 3256
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Finistère

Message non lu par GIBET » 08 mars 2009, 03:44:00

Libre penseur a écrit :
GIBET a écrit : Je ne suis ni athée, ni croyant (c'est la même idéologie par opposition) ni agnostique (c'est l'irresponsabilité dans l'indécision)
Je suis existentialiste et ne crois donc pas qu'une existence soit précédé d'une essence.
Ainsi je ne suis soumis à aucun déterminisme et j'assume mes actes, sans besoin de m'expliquer si Dieu existe ou n'existe pas.
La seule chose qui m'intéresse ce sont les interactions de causalité qui existent entre mes actes et ceux des autres , car je n'ai pas ce parapluie de facilité irresponsable qui consiste à dire "c'était écrit"
Je me suis donc abstenu dans le vote n'ayant pas trouvé la case adéquate (ce qui démontre d'ailleurs les tendances de choix majoritaire de notre culture actuelle...on est toujours quelque chose par rapport à Dieu. Curieux pour une République laïque)



La notion d'existentialisme n'est pas vraiment en corrélation avec le sujet, l'existentialisme étant un courant de pensée philosophique (cf. Sartre, Nietsche...), et non un sujet de philosophie. Par contre, je vous invite vivement à faire un sujet dessus, cela pourrait être intéressant.
Sinon l'existentialisme athée et chrétien existent à ce que je sache?
Pardonne-moi de ne pas être d'accord avec cette classification que tu proposes. Le "courant de pensée philosophique" n'est qu'un artifice de ségrégation d'auteurs pour étudiants. L'Ecole existentialiste prétend donner à quelques philosophes la paternité d'une réflexion qui ne nait pas de leurs écrits mais du comportement humain. Comme la croyance en Dieu est un comportement et non un raisonnement, l'existentialisme est une façon d'être homme et non une simple école philosophique de pensée. Dans ce cadre l'existentialisme pose bien la construction d'un homme sans Dieu , comme la religion pose la construction d'un homme par Dieu. Et ma réponse a toute sa place dans le sondage proposé à condition de créer une case supplémentaire à côté de "Croyant en Dieu", "Athée", "Agnostique" et pour ma part, "Appartenant à un monde sans dieu".
La subtilité apparente de différenciation entre "l'athéisme" et "un monde sans dieu" est beaucoup plus profonde qu'il n'y parait. Je vais essayer de l'expliquer de manière synthétique.
L'athée n'existe que parce que Dieu "existe" chez certains. Ces derniers se soumettent alors à l'essence de leur Dieu qui prédétermine leurs actions par rapport à leurs croyances. Leur libre arbitre est alors limité aux règles conceptuelles du dogme révélé. L'athée va construire sa doctrine philosophique par nihilisme de Dieu. Pour lui" Dieu n'existe pas" de manière aussi métaphysique que "dieu existe". Il n'existe pas ...parce que !! C'est quasiment une "existence négative de Dieu". Le fait qu'il n'existe pas conduit donc à un existentialisme de combat qui conteste que l'existence puisse être précédé par l'essence du néant. C'est quasiment un déterminisme de l'inexistence, plutôt qu'un existentialisme sans essence. Ne parlons pas de l'agnostique qui se met hors jeu.
Mon "existentialisme du monde sans dieu" ne situe pas l'engagement par rapport à l'existence ou l'inexistence de Dieu, mais par rapport à la capacité de l'Homme à créer lui même l'essence des choses qu'il bâtit avec sa raison et son libre arbitre. Il ne tranche entre rien et rien, mais arbitre en permanence la causalité de ses décisions et responsabilités et crée des liens de servitude et de liberté par rapport aux autres êtres et à la collectivité. L'essence est son humanisme qui découle de son existence et transcende sa relation à autrui. Si dans cette approche existentialiste où l'essence suit l'existence, l'Homme veut créer Dieu, il le crée comme une conséquence , un levier de son utilité. C'est lui qui le fait exister et agir. L'homme est devenu l'essence de Dieu qui n'est plus une enigme et un mystère mais une production raisonnée de son esprit matériel.
Avant de faire un sujet sur la chose je souhaitais te faire part de ce que j'entends par "être existentialiste en qualité de philosophe" et non "à quelle école existentialiste j'appartiendrai si je me laissai classer en tant que philosophe.
Si tu penses qu'un tel sujet peut intéresser: vas-y et je suivrais!


mps a écrit :

Pourquoi opposer matérialisme à spiritualité ?

La vie est faite de contingences matérielles auxquelles il faut répondre avec pragmatisme, et d'aspirations profondes qui peuvent s'en détacher d'avantage.

L'homme qui n'est pas les deux à la fois est un handicapé.


Tu es donc agnostique.

Bien cordialement.[/quote]
Le silence est un ami qui ne trahit jamais

Avatar du membre
GIBET
Messages : 3256
Enregistré le : 02 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Finistère

Message non lu par GIBET » 08 mars 2009, 04:07:00

lambertini a écrit :bonjour . j aime bien vous lire c est beau l instruction( sarte nietsche, sa fait revé,) ..
mais si je me permet, nous ont ne connait pas et en ce posses pas ses questions,..
l instruction permet elle de repondre a vos questions,..
ou l instruction fait que lont ce posses d autres question??
L'instruction, contrairement à la maxime, ce n'est pas ce qui reste quand on a tout oublié, c'est le levier sur lequel s'appuie l'intelligence pour donner du sens à la vie. Un peu d'instruction est nécessaire mais facile à acquérir puisqu'acquise par le travail. Beaucoup d'intelligence est indispensable car elle est pétrie de sensibilité et de sens des autres.
L'intelligence est fille du coeur, et du bon sens.
Le mariage de beaucoup d'instruction et de peu d'intelligence fait les sots instruits. En revanche associer peu d'instruction à beaucoup d'intelligence fait le génie humain.
Au fond l'important ce n'est pas tant les questions que l'on se pose que les réponses que l'on se donne.
Le silence est un ami qui ne trahit jamais

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 08 mars 2009, 17:10:00

merci pour ta reponse gibet , pour moi c est pas evident, mais j aime bien apprendre, méme si je ne retient qu une infime partie
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
racaille
Messages : 8586
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Köln, NRW, Teutonnie
Contact :

Message non lu par racaille » 14 mars 2009, 23:11:00

La suprématie de la pensée matérialiste a éclatée au grand jour à partir du XIXème. Avant cela elle n'était encore que conjecture. Aujourd'hui elle est désormais reconnue comme seule capable de décrire le réel de manière pertinente et parcimonieuse.
"Comme son fils Titus lui reprochait d'avoir imposé l'urine, Vespasien lui mit sous le nez l'argent qu'avait rapporté l'impôt lors des premières rentrées et lui demanda s'il était incommodé par l'odeur." - Suétone

Shapsed
Messages : 22
Enregistré le : 08 nov. 2008, 00:00:00
Contact :

Message non lu par Shapsed » 15 mars 2009, 12:55:00

Libre penseur a écrit : Le matérialisme et le spiritualisme sont deux doctrines philosophiques opposées. Le matérialisme est une philosophie selon laquelle tout n'est que matière dans l'Univers et tout peut-être expliqué par la matière (nos émotions, notre comportement, tous les phénomènes de la nature, etc.). Le matérialisme amène à nier l'existence de Dieu. Le spiritualisme affirme lui au contraire que nous ne pouvons pas tout expliquer par la matière.

Quel est votre avis à ce sujet ?
Plus exactement le vitalisme.

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2127
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 15 mars 2009, 20:03:00

GIBET a écrit :
Pardonne-moi de ne pas être d'accord avec cette classification que tu proposes. Le "courant de pensée philosophique" n'est qu'un artifice de ségrégation d'auteurs pour étudiants. L'Ecole existentialiste prétend donner à quelques philosophes la paternité d'une réflexion qui ne nait pas de leurs écrits mais du comportement humain. Comme la croyance en Dieu est un comportement et non un raisonnement, l'existentialisme est une façon d'être homme et non une simple école philosophique de pensée. Dans ce cadre l'existentialisme pose bien la construction d'un homme sans Dieu , comme la religion pose la construction d'un homme par Dieu. Et ma réponse a toute sa place dans le sondage proposé à condition de créer une case supplémentaire à côté de "Croyant en Dieu", "Athée", "Agnostique" et pour ma part, "Appartenant à un monde sans dieu".
La subtilité apparente de différenciation entre "l'athéisme" et "un monde sans dieu" est beaucoup plus profonde qu'il n'y parait. Je vais essayer de l'expliquer de manière synthétique.
L'athée n'existe que parce que Dieu "existe" chez certains. Ces derniers se soumettent alors à l'essence de leur Dieu qui prédétermine leurs actions par rapport à leurs croyances. Leur libre arbitre est alors limité aux règles conceptuelles du dogme révélé. L'athée va construire sa doctrine philosophique par nihilisme de Dieu. Pour lui" Dieu n'existe pas" de manière aussi métaphysique que "dieu existe". Il n'existe pas ...parce que !! C'est quasiment une "existence négative de Dieu". Le fait qu'il n'existe pas conduit donc à un existentialisme de combat qui conteste que l'existence puisse être précédé par l'essence du néant. C'est quasiment un déterminisme de l'inexistence, plutôt qu'un existentialisme sans essence. Ne parlons pas de l'agnostique qui se met hors jeu.
Mon "existentialisme du monde sans dieu" ne situe pas l'engagement par rapport à l'existence ou l'inexistence de Dieu, mais par rapport à la capacité de l'Homme à créer lui même l'essence des choses qu'il bâtit avec sa raison et son libre arbitre. Il ne tranche entre rien et rien, mais arbitre en permanence la causalité de ses décisions et responsabilités et crée des liens de servitude et de liberté par rapport aux autres êtres et à la collectivité. L'essence est son humanisme qui découle de son existence et transcende sa relation à autrui. Si dans cette approche existentialiste où l'essence suit l'existence, l'Homme veut créer Dieu, il le crée comme une conséquence , un levier de son utilité. C'est lui qui le fait exister et agir. L'homme est devenu l'essence de Dieu qui n'est plus une enigme et un mystère mais une production raisonnée de son esprit matériel.
Avant de faire un sujet sur la chose je souhaitais te faire part de ce que j'entends par "être existentialiste en qualité de philosophe" et non "à quelle école existentialiste j'appartiendrai si je me laissai classer en tant que philosophe.lj
Si tu penses qu'un tel sujet peut intéresser: vas-y et je suivrais!


Le spiritualisme n'est pas directement lié avec une croyance religieuse, mais plutôt à une croyance spirituelle, il y a donc nuance. Le fait est que mettre en opposition deux théories, l'une le matérialisme et l'autre le spiritualisme ne renvoie pas nécessairement à l'athéisme ou à la religion, Dieu peut même être mis totalement a part du matérialisme et du spiritualisme, reste à savoir si l'existentialisme se réfère plutôt à l'un ou à l'autre, si l'homme crée lui même l'essence des choses, je suppose que dans ce cas l'homme existe grâce à son environnement donc la nature, donc fondamentalement l'existentialisme se rapproche davantage du matérialisme. juste?

Shapsed a écrit :
Libre penseur a écrit :
Le matérialisme et le spiritualisme sont deux doctrines philosophiques opposées. Le matérialisme est une philosophie selon laquelle tout n'est que matière dans l'Univers et tout peut-être expliqué par la matière (nos émotions, notre comportement, tous les phénomènes de la nature, etc.). Le matérialisme amène à nier l'existence de Dieu. Le spiritualisme affirme lui au contraire que nous ne pouvons pas tout expliquer par la matière.

Quel est votre avis à ce sujet ?


Plus exactement le vitalisme.
Le vitalisme envisage que la matière puisse être régit par une force vitale, pour moi le vitalisme se base sur un mécanisme incertain qui régirait la matière, j'adhère à cette thèse mais cette dernière est difficilement prouvable.

Répondre

Retourner vers « Philo / Religion »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré