L'emprunt national

Venez discuter et débattre de l'actualité économique
Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 juil. 2009, 10:52:00

Le Président a signalé qu'il souhaitait cibler un effort financier pour relancer l'économie par les cibles les plus porteuses, et que cet emprunt serait fait "en interne" pour ne pas déséqauilibrer les fiances françaises.

Il a donc chargé Rocard et Juppé de faire, avec les forces vives de la Nation, l'indispensable pré-étude.

Tu as une critique à formuler ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 07 juil. 2009, 13:42:00

Non sur l'emprunt, j'ai eu l'occasion de l'approuver mais je me surprend de voir que les priorités n'ont pas été défini et on peut deplorer que l'idée de l'emprunt soit lancé sans savoir à quoi il va être affecté !

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 07 juil. 2009, 15:35:00

Il peut être parfaitement clair qu'il faille booster l'économie, déterminer la manière la moins préjudiciable de le faire (emprunt interne), et mettre à l'étude les pistes les plus fructueuses.

Par comparaison, si tu as un problème physique (am au dos par exemple), tu vois ton médecin, tu te fais prescrire des séances de kiné ... mais ce n'est qu'ensuite, et à l'examen de ta carcasse, que la kiné déterminera les mouvements à te faire accomplir.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Cépajuste
Messages : 514
Enregistré le : 18 déc. 2008, 00:00:00

Message non lu par Cépajuste » 07 juil. 2009, 16:17:00

Il y a l’exemple de la crise japonaise qui dure depuis le début des années 90. Ils ont fait des tas de plans de relances, ils ont creusé leurs déficits, leur dette fait 200 % du PIB et ils ne voient pas le bout du tunnel. Les plans de relance, c’est très bien mais ça ne suffit pas. Si vous injectez des tonnes d’essence dans un moteur défaillant, ça ne le fera pas repartir.

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7933
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 07 juil. 2009, 18:40:00

L'emprunt n'est pas selon moi un plan de relance.
Il s'agit juste pour l'état de redorrer son image grâce à l'investissement dans les secteurs de développement et surtout de renflouer les caisses en émettant l'hypothèse que ces investissements ne seront pas perdus. Peut être pourrions nous espérer une relance de l'université mais avant cela il faudra que les jeunes arrêtent de bloquer les universités.

Maintenant j'ai vu certains se choquer que notre président ne fasse pas une politique de "rigueur". Je rappelle à certains qu'à chaque fois qu'on a fait ça la France a mis du temps à sortir des crises, que ça soit en 29 ou lors des crash pétroliers. Moi je suis d'accord pour que l'état ne dépense pas dans certains domaines, mais lesquels? Si on vous propose de ne pas remplacer des fonctionnaires vous hurlez.

Vivement que les partis politiques reviennent à la réalité et annoncent la sortie de crise, en effet les effets financiers de la crise se sont estompé mais en maintenant la crainte et le doute on ne fait que retarder la relance du pays, pourtant on a eu notre chance ! Le plan de relance français a été un des mieux dosé malgré ses manques, plusieurs pays, comme l'Espagne et même les USA on copier certaines de nos mesures et on refait de la France un modèle. Nous avions en plus de ça un Euro fort (qui l'est toujours) et une influence diplomatique qui grandissait. Avec la gauche caviar, la droite cassoulet et les autres qui se présentent sans vouloir gagner qui ont voulu que "une sortie de crise rapide ne soit pas envisageable" c'est les vacances et la crise n'est pas finie alors que les USA commencent déjà à remettre en route le moteur en ayant colmaté que peu de fuites, pour preuve là où la france continue le combat contre la spéculation (bizarrement notre président a rassemblé tout le monde sur ce coup là), la spéculation pétrolière a repris et les prix reprennent leur hausse habituelle. Il serait temps que les partis politique annoncent que la crise va ête terminée dans quelques mois. Mais non, ils auraient l'impression de se trahir, surtout la droite, ça serait trop c.. qu'ils ait réussi un coup alors que le PS a échoué.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
Cépajuste
Messages : 514
Enregistré le : 18 déc. 2008, 00:00:00

Message non lu par Cépajuste » 07 juil. 2009, 19:10:00

artragis a écrit :L'emprunt n'est pas selon moi un plan de relance.
Il s'agit juste pour l'état de redorrer son image grâce à l'investissement dans les secteurs de développement et surtout de renflouer les caisses en émettant l'hypothèse que ces investissements ne seront pas perdus.
C’est la définition d’un plan de relance par l’investissement.
artragis a écrit :Maintenant j'ai vu certains se choquer que notre président ne fasse pas une politique de "rigueur". Je rappelle à certains qu'à chaque fois qu'on a fait ça la France a mis du temps à sortir des crises, que ça soit en 29 ou lors des crash pétroliers.
C’est vrai, pourtant si la croissance ne revient pas, il faudra bien trouver les moyens de rembourser la dette publique, et sans réduction des dépenses ou augmentation des impôts, je ne vois pas comment on fera. Mais c’est vrai que le gros danger, c’est d’entrer dans une spirale déflationniste, je ne suis pas non plus un partisan de la rigueur.
artragis a écrit :Vivement que les partis politiques reviennent à la réalité et annoncent la sortie de crise
Le problème, c’est que ce ne serait pas la réalité mais de la propagande, car personne ne peut aujourd’hui affirmer que la crise se termine. Il y a des signes positifs, mais durant la longue crise japonaise tout comme durant la crise des années 30, il y a eu aussi des périodes d’amélioration qui n’ont pas duré.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 07 juil. 2009, 19:39:00

Artagis, lorsqu'on investit pour créer de l'activité, cela s'appelle un plan de relance...Alors le Gouvernement refuse de lui donner ce nom, il n'empêche que cela en est un.

Par ailleurs, le creusement de la dette ne vise pas à renflouer les caisses de l'Etat, il s'agit d'un investissement sur l'activité future...ette dernière étant par définition inconnue, le Gouvernement fait le pari qu'il sera profitable et générera la croissance suffisante pour couvrir les frais financiers de cette opération financière couteuse si souscrite, comme annoncée, auprès des particuliers.

En ligne
Avatar du membre
artragis
Messages : 7933
Enregistré le : 29 janv. 2009, 00:00:00
Compte Twitter : @francoisdambrin
Contact :

Message non lu par artragis » 07 juil. 2009, 20:43:00

Artagis, lorsqu'on investit pour créer de l'activité, cela s'appelle un plan de relance...Alors le Gouvernement refuse de lui donner ce nom, il n'empêche que cela en est un.
Ho la la, alors ça fait 100 ans que la France est en crise et toi être relancée. De même que les USA, le Royaume Uni, l'Allemagne, le Canada. Parce que tu vois quand tu investies en tant qu'Etat, c'est forcément pour créer de l'activité.
Par ailleurs, le creusement de la dette ne vise pas à renflouer les caisses de l'Etat, il s'agit d'un investissement sur l'activité future...ette dernière étant par définition inconnue, le Gouvernement fait le pari qu'il sera profitable et générera la croissance suffisante pour couvrir les frais financiers de cette opération financière couteuse si souscrite, comme annoncée, auprès des particuliers.
Mais c'est toujours comme ça que ça marche. Tu finances, ça réussit tu ramasses le pactole, ça loupe tu te ramasses. Donné que l'emprunt sera sur un échéancier long, ça ne se verra que peu dans le budget annuel et donc on pourra trouver facilement un moyen de palier à cet "enfoncement de la dête publique". De plus donné que c'est un investissement il y a de bonnes chances que les retombées suffisent elles même à rembourser l'emprunt. Par contre il y a beaucoup moins de chance que ces recettes de développement grâce à l'emprunt ne viennent rembourser la dète en elle même, même d'un hypothétique pour cent.
http://zestedesavoir.com une association pour la beauté du zeste.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 07 juil. 2009, 20:49:00

Certes certes, mais il n'en demeure pas moins que le remboursement de la dette publique constituera un enjeu majeur dans les decennies à venir car les intérêts de cett edernière absorde la totalité du produit de l'impôt sur le revenu et porte atteinte à notre compétitivité....Par conséquent, plutôt que de générer de l'impôt futur et de l'inflation, il viendra bien un moment où la France devra accepter la modernisation de ses structures économiques...Le prix à payer pour l'obtention du plein emploi passe par là.

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34058
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 11 juil. 2009, 17:35:00

Bonjour,

Dans un rapport préparatoire au budget 2010, Philippe Marini, rapporteur du Budget au Sénat, a indiqué que le taux du Grand Emprunt ne devrait pas dépasser 2,5%. C'est la première fois qu'un chiffre est lancé.

L’emprunt Balladur portait 6% d’intérêts (moins l’inflation de l’époque) plus des avantages fiscaux (PEA), mais selon Marini, ce précédent  « démontre que le plus grand succès peut-être rencontré sans recourir à un taux prohibitif, puisque son rendement (6%) atteignait 6% soit la rémunération des BTAN (emprunt d’Etat sur le marché) à 5 ans (6,64%) ou du livret de caisse d’épargne (alors proche de 6%). (…) Un taux de 2 à 2,5% sur 5 ans pourrait être qualifié de raisonnable. L’idée d’une convertibilité de ces obligations d’Etat en titres de capital à émettre du secteur public mérite d’être étudiée ».

C'est pas faible comme taux ? Enfin surtout pour attirer les Français, mais cela reste assez réaliste.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Cépajuste
Messages : 514
Enregistré le : 18 déc. 2008, 00:00:00

Message non lu par Cépajuste » 11 juil. 2009, 17:48:00

Philippe Marini voulait aussi imposer un emprunt à taux zéro aux ménages aisés.
Sa proposition ne sera sans doute pas retenue, car le taux de ce grand emprunt sarkozyste sera déterminé par des considérations politiques et non économiques.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 11 juil. 2009, 18:04:00

Ca, ce n'est plus un emprunt, c'est de la mendicité forcée.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 11 juil. 2009, 20:48:00

Personne ni sur les marchés, ni les français n'accepteraient une avance d'argent à un Etat gérée de manière peu sérieuse sans contrepartie de cette avance.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 12 juil. 2009, 07:51:00

[table cellpadding="0" cellspacing="0" border="0" width="100%"][tr][td colspan="2" rowspan="1"][hr][/td][/tr][tr][td colspan="2" rowspan="1"]Personne ni sur les marchés, ni les français n'accepteraient une avance d'argent à un Etat gérée de manière peu sérieuse sans contrepartie de cette avance.[/td][/tr][/table]

Ah, la petite jouissance intime et vengeresse des frustrés !

En fait, une phrase aussi crétine ne mériterait aucune réponse.

- si tu confonds placement obligataire avec "avance d'argent", tu n'as rien compris.
- si tu confonds tes rancoeurs avec la grande actractivité des garanties d'Etat, tu n'as rien compris.
- si tu n'as pas remarqué que le succès d'une émission d'obligations était lié à ces critères, mais aussi bien entendu au taux de rétribution, tu n'as rien compris.

Mon Papa conseillait toujours de tourner 7 fois sa langue dans la bouche, avant de dire des conneries.

 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34058
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 12 juil. 2009, 10:06:00

Bonjour,

Mps encore une fois un peu de respect, chacun à le droit à un avis, kpmpf aussi,  toi aussi, et tu as le droit de pas être d'accord, c'est normal je trouve, mais pas de dire que sa phrase est crétine. Mais je vais devoir reprendre tous les posts ? Car si c'est le cas ça va très vite m'énerver.

Donc cépajuste tu penses que le taux ne sera pas de 2,5% ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Economie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré