Présidence Suèdoise

Venez parler ici de l'actualité étrangère et européenne
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34022
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 30 juin 2009, 23:25:00

Bonjour,

Un traité de Lisbonne à l'avenir incertain, une ambition climatique fragilisée par la récession et une crise financière qui met à l'épreuve la cohésion européenne : les défis ne manquent pas pour la Suède, qui assure à partir du 1er juillet la présidence tournante des Vingt-Sept. Le pragmatisme et l'expérience mis en avant par le premier ministre conservateur suédois, Fredrik Reinfeldt, seront indispensables pour tourner la page d'une présidence tchèque désorganisée et affaiblie par la chute du gouvernement Topolanek.


De l'avis du gouvernement libéral de centre-droit suédois, qui prendra le 1er juillet la tête de l'Union européenne (le site de la présidence), "la question principale" de la présidence sera "la maîtrise des finances publiques" en Europe, selon les termes du ministre des Finances, Anders Borg.


"Le temps des plans de relance arrive à sa fin, à présent l'heure est venue de mettre en place une stratégie de sortie" et ce "en particulier pour les pays qui ont de très gros déficits", a prévenu mardi le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt.
Au total, 20 des 27 pays de l'UE prévoient cette année des déficits supérieurs à la limite européenne de 3% du produit intérieur brut (PIB), et 13 sur 16 dans la zone euro. Du jamais vu.


Cette dégradation trouve son origine dans les quelques 600 milliards d'euros de dépenses supplémentaires prévues en 2009 et 2010 dans les pays européens pour contrer la crise, qu'il s'agisse de plans de relance proprement dits, ou de l'augmentation mécanique des allocations chômage ou sociales.
"Il est nécessaire d'avoir une approche commune sur la stratégie de sortie" de crise, a déclaré Anders Borg à l'attention des Etats qui seraient tentés de n'en faire qu'à leur tête. Stratégie qui selon lui devra passer par la réduction des dépenses budgétaires et des hausses d'impôts.
La France semble en porte-à-faux avec la présidence suédoise sur ce dossier. Le président Nicolas Sarkozy vient en effet d'annoncer le lancement d'un vaste emprunt national, début 2010, et continue d'exclure toute hausse d'impôts.

Qu'en pensez vous ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
axeland
Messages : 213
Enregistré le : 04 juin 2009, 00:00:00
Localisation : Rouen
Contact :

Message non lu par axeland » 02 juil. 2009, 02:17:00

Je ne sais pas vraiment qu'attendre de cette présidence... La Suède me semble être un pays si éloigné de tous les conflits que je ne vois pas comment ils vont gérer la politique extérieur. 

Avatar du membre
Bastien Vert
Messages : 752
Enregistré le : 01 déc. 2008, 00:00:00
Localisation : Toulouse

Message non lu par Bastien Vert » 02 juil. 2009, 17:47:00

Peut être en les arretant justement, ca serait le bon sens, qui aurait du primer depuis le début, puisque ces conflits n'avaient pas lieu d'être...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 03 juil. 2009, 00:20:00

En ce qui me concerne, peu importe le pays qui préside à l'Union Européenne, ce qui compte est de revoir son fonctionnement...Ce dernier me paraît anti démocratique et dans la mesure où il ne retablit pas les protections qui seraient necessaires à la sauvegarde de notre tissu économique, industriel et commercial, il est du devoir des Etats de le contester.

La Commission doit être un secretariat sous la direction des élus alors qu'actuellement, ce sont les élus qui sont les executants d'une Commission qui dispose d'un monopole d'initiative des lois.

En matière de finances publiques, les craintes de la Suède sont fondées car elles constitueront le défi pour les pays dans les années à venir à la condition qu'elle ne considère pas les investissements productifs de la même manière que le financement des dépenses de fonctionnement.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 06 juil. 2009, 15:53:00

axeland a écrit :Je ne sais pas vraiment qu'attendre de cette présidence... La Suède me semble être un pays si éloigné de tous les conflits que je ne vois pas comment ils vont gérer la politique extérieur. 
Intelligemment peut-être ? Ca nous changerait un peu. Le fait d'être dégagé de toute magouille d'Etat de type Françafrique permet selon moi de garder la tête froide.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 06 juil. 2009, 19:48:00

La Suède a su montrer l'équilibre entre l'efficacité d'une gestion sérieuse avec des deficits reduits permettant, en temps de crise, de financer la relance avec l'objectif de progrès social qu'une nation doit avoir pour assurer sa cohesion sociale.

Cela dit, des points de friction devraient apparaître, notamment avec la France, si l'UMP decide de tenir ses engagements en matière européenne sur l'adhesion de la Turquie d'une part et sur les protections qu'il convient de définir et d'appliquer avec nos partenaires...Enfin, une refonte des fonds structurels me paraît indispensable afin de lutter contre les dumpings ainsi que des accords de commerce équitable doivent être negocié, dans la zone euro afin d'éviter les délocalisations et d'exploiter au mieux les synergies et les compétences nationales de chaque pays, sans que cela se traduise par un nivellement par le bas.

Ptit-doudet
Messages : 3
Enregistré le : 10 août 2009, 00:00:00
Localisation : Saint Etienne
Contact :

Message non lu par Ptit-doudet » 09 août 2009, 15:35:00

Pour ma part je pense qu'il est important que chaque pays puisse être à la tête de l'Europe. Mais je vois plus une Présidence sur 5 ans (qui, certes, favoriserait les pays fondateurs), qui contreraient le leadership d'autre personnalités (par exemple, le refus de la Turquie par N. Sarkozy au nom de la France), pour une meilleure visibilité et prise de décision du Président de l'UE (même exemple dans le cas contraire).

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 09 août 2009, 16:36:00

Restons dans le sujet.

La Présidence européenne doit donner les grands lignes de la politique, comme tout Président.Cela ne diminue en rien le r$ole des Assemblées.
Oublions aussi la sempiternelle adhésion de la Turquie, qui n'est pas à l'ordre du jour pour l'instant.

Le Président suédois va essentiellement devoir impulser et coordonner le retour à l'orthodoxie financière de son troupeau de pays, qui galopent un peu en ordre dispersé, et bien évidemment avec des priorités variables.

Certains sont déjà dans la bonne voie, d'autres en sont loin mais pour de bonnes raison, etc ...

Quant il cite l'austérité et une augmentation des impôts, ces deux remèdes ne seront pas nécessairement conjoints.

Soit les Etats pourront mettre de l'ordre dans leurs déficits, via une cure d'amincissement de leur Fonction Publique et de ses prestations, soit en effet, il faudra aller chercher l'argent manquant dans la poche des gens. 

La seconde mesure serait très impopulaire : on a poussé la fiscalité trop loin sur les riches, il faudrait donc ponctionner les pauvres ... hum ...

La première, ce n'est pas seulement liquider deux archivistes qui se droguent au café dans une cave poussiéreuse, mais aussi revoir toutes les prestations sociales dont la générosité excède les moyens. Ca va aussi faire râler dans les pays où la culture est plus capricieuse que stoïque...

Bref, il faudra énormément de tact et de fermeté à la Présidence suédoise, mais je pense qu'elle y arrivera.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 09 août 2009, 20:25:00

La Suède qui est en partie responsable du refus d'une taxe carbonne aux frontières de l'Europe, oeuvre à l'adhesion de la Turquie et est un modèle flexi securitaire en droit du travail doit inciter les pays à surveiller leurs finances publiques.....Mais dans ce cas, peut être faudrait il alors renégocier la contribution européenne qui pénalise les Etats qui sont, tels que la France, des contributeurs nets pour se voir contraindre à abandonner son agriculture ou sa pêche.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 09 août 2009, 21:00:00

La contribution est fonction du PNB.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Cépajuste
Messages : 514
Enregistré le : 18 déc. 2008, 00:00:00

Message non lu par Cépajuste » 09 août 2009, 21:07:00

politicien a écrit :La France semble en porte-à-faux avec la présidence suédoise sur ce dossier. Le président Nicolas Sarkozy vient en effet d'annoncer le lancement d'un vaste emprunt national, début 2010, et continue d'exclure toute hausse d'impôts.

Qu'en pensez vous ?
Il y aura des augmentations d’impôts, même si le gouvernement avance masqué pour donner l’impression qu’il ne revient pas sur sa promesse. Les journaux annoncent une baisse des réductions d’impôts :
http://www.latribune.fr/patrimoine/impo ... s-a-prendr…
Réduire les réductions, c’est augmenter les impôts…
Il serait plus simple, plus juste et plus efficace d’annuler le paquet fiscal. Quitte à se dédire, autant y aller carrément !

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 10 août 2009, 11:10:00

Je ne crois que la suppression du paquet fiscal qui comporte des mesures nécessaires telles que la suppression des droits de succession ou la remise en cause des 35H obligatoires.

En revanche, j'estime qu'il est nécessaire de ne pas s'engager dans la voie de la taxe carbone pour y préférer la reduction des prélèvements qui pèsent sur le travail seule mesure capable de stimuler la competitivité et donc à terme la création d'emplois./

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 10 août 2009, 11:13:00

La barre des petits revenus non-soumisà l'impôt est la plus haute d'Europe.
Le système de quotient familial est le plus détaxant d'Europe.
Et un célibataire belge de revenu moyen qui arrive à se domiciler en France épargne, en y payant ses impôts, la moitié de la somme qu'il acquittait en Belgique.

Cessez de vous plaindre.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 10 août 2009, 11:38:00

C'est certainement pour cela que la France a le taux de prélèvements le 3ème plus élevé d'Europe.

icon_cheesygrin

Je crois qu'on ne peut être credible que dans la mesure où l'on se montre un brin objectif.

La majorité, si elle souhaite réussir n'a pas besoin de sectaire beats approuvant tout sans rien discuter ni rien exprimer, mais au contraire, on ne peut parvenir à l'attractivité fiscale, sociale...qu'en incitant la droite à poursuivre les reformes visant à stimuler la compétitivité de nos entreprises, à dissuader ces dernières à délocaliser et en incitant les français à investir !

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 10 août 2009, 12:31:00

Non, vois Wikipédia : 5ème en fiscalité directe, 5ème en fiscalité indirecte (et sans doute moins encore après la baisse TVA sur l'horeca).

Mais surtout avec la plus large tranche de bas revenus immunisés, de quotient familial réducteur, etc. Entre "sectaires béats" et réalisme, il faut sans doute intercaller les éternelles victimes geignardes. La France collecte pas mal d'impôts, mais surtout redistribue à la folie ...
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Répondre

Retourner vers « Actualité étrangère et européenne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré