l'attentat de Karashi fait débat

Venez nous parler de notre justice française ( les prisons, les procès en cours... )
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34066
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 02 juil. 2009, 18:29:00

Bonjour,

Le 8 mai 2002, un attentat a fait 14 morts à Karachi au Pakistan, dont 11 ingénieurs français travaillant pour les anciens arsenaux d'Etat DCN (devenu depuis DCNS ou des sous-traitants). Douze Français ont été blessés, dont certains grièvement.
Près de l'hôtel Sheraton, un kamikaze précipité une voiture bourrée d'explosif contre un autocar qui transportait des employés de la DCN. Les victimes françaises participaient à la construction d'un sous-marin.

Les premiers éléments de l'enquête ont d'abord orienté la police vers la piste d'Al-Qaïda. Une piste qui est cependant "totalement abandonnée", selon les déclaration, le 18 juin 2009, de Me Olivier Morice, l'avocat de sept familles de victimes françaises.

Le mobile de l'attentat serait selon lui lié à "un arrêt des versements de commissions" de la France au Pakistan dans le cadre de la vente de sous-marins Agosta. Deux suspects ont été arrêtés en décembre 2002. Asif Zaheer et Mohammad Rizwan ont été condamnés à mort par un tribunal antiterroriste le 30 juin 2003 pour avoir participé à l'organisation de l'attentat. Mais les deux hommes ont été acquittés en appel, le 5 mai 2009. La justice pakistanaise a jugé qu'elle ne disposait pas de preuves suffisantes. Les deux hommes restent soupçonnés par la police d'appartenir à un groupe armé pakistanais lié à Al-Qaïda.

En France, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, puis une information judiciaire le 27 mai 2002. Il a envoyé sur place le chef de la section antiterroriste du parquet de Paris, Michel Debacq. Des policiers français de la DNAT (division nationale antiterroriste) ont auditionné des témoins au consulat de Karachi.

Le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière a été chargé de l'enquête. Il a émis en janvier 2007 un mandat d'arrêt international contre "un commanditaire présumé". Il pourrait s'agir d'un Pakistanais nommé Abdul Sahame, selon l'association SOS Attentats

Les deux juges d'instruction, Marc Trévidic et Yves Jannier, étudient la possibilité qu'il ne soit pas lié à un groupe islamiste, mais à un acte de vengeance lié à un arrêt par la France du versement de commissions liées à un contrat de sous-marins avec le Pakistan décrété par Jacques Chirac après son élection à l'Elysée en 1995. Une décision prise car de supposées "rétro-commissions" auraient financé la campagne de son rival Edouard Balladur lors de la présidentielle 1995.

Abdulrahman El-Assir a été l'un des principaux intermédiaires payés par la France dans le cadre de plusieurs grands contrats d'armement internationaux, dont celui de la vente de sous-marins au Pakistan. Il est suspecté de longue date par les services secrets français de s'être livré à des activités illégales (blanchiment, trafic de drogue et d'armes...), mais aussi d'entretenir des «relations financières» avec l'ancien premier ministre Edouard Balladur, selon des informations recueillies par Mediapart. Ces éléments sont confortés par des notes de la Direction générale des services extérieurs (DGSE), un rapport secret d'un ancien agent de la DST, Claude Thévenet, et par le témoignage de l'ancien directeur financier de la Direction des constructions navales (DCN). Ce dernier, Gérard-Philippe Menayas, a confirmé devant la justice la proximité du réseau El-Assir avec l'ancien chef du gouvernement français, et a évoqué le rôle qu'aurait joué Renaud Donnedieu de Vabres.

"Toute référence à une utilisation autre que la rémunération, légitime d'ailleurs dans une certaine mesure, de ceux qui avaient joué un rôle dans ces tractations commerciales, est parfaitement infondée", a assuré dimanche soir Edouard Balladur lors du "Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro".
"Il ne suffit pas que quelqu'un aille devant un juge pour dire quelque chose pour que cela soit tenu pour vérité d'évangile", a-t-il ajouté. "Ça dépend d'abord de l'honorabilité de celui qui dit quelque chose et des preuves qu'il apporte".
Edouard Balladur a également affirmé qu'il était prêt à se rendre devant un juge, s'il était convoqué. Mais "je ne dirais pas beaucoup plus que ce que je viens de vous dire, je n'en dirais même pas plus", a-t-il affirmé.

Qu'en pensez vous ? La vérité sera t'elle dévoilée ? Cette histoire peut être t'elle être une manipulation contre M. Balladur ?

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
racaille
Messages : 8616
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Lemuria

Message non lu par racaille » 06 juil. 2009, 15:38:00

Je n'ai pas suivi cette histoire, il faut que je me mette à la page. mais qu'importe étant donné qu'il n'y aura pas de scandale. Le nom de Sarkozy a été évoqué, cet homme est décidément partout où il y a un sale coup à faire ;)
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34066
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 07 juil. 2009, 12:36:00

Bonjour,

La ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie a affirmé dimanche ne voir "aucun inconvénient" à la levée du secret défense dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Karachi (Pakistan), qui avait fait 14 morts dont 11 Français en mai 2002.

"Je n'y vois aucun inconvénient. J'y vois d'autant moins d'inconvénient que (...) Karachi, c'est arrivé six heures après que j'ai été nommée ministre de la Défense", a déclaré la garde des Sceaux lors du "Grand Rendez-vous" sur Europe-1.

Michèle Alliot-Marie était interrogée sur cette question alors que d'après le site de l'hebdomadaire "Le Point", les juges d'instruction en charge de l'enquête sur l'attentat de Karachi ont demandé la levée du secret défense afin d'avoir accès à tous les éléments du dossier.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 juil. 2009, 06:44:00

Je ris en lisant le titre ...

Qu'est-ce qui ne fait pas débat en France ? icon_biggrin icon_biggrin icon_biggrin
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

PatJol
Messages : 1832
Enregistré le : 03 juin 2009, 00:00:00
Contact :

Message non lu par PatJol » 14 juil. 2009, 20:04:00

Je n'appelle pas ça un vrai débat.

Sur le fond de l'affaire ma conviction est faite : Ce qu'on raconte est probablement vrai. Une sombre histoire de commissions légales qui ont été suspendues à partir du moment où la loi a changé et que ces commissions n'étaient plus légales. Et des pakistanais qui se vengent parce que 15 % des commissions n'avaient pas été versés.

Racaille, explique-nous ce que Sarko a à se reprocher dans cette affaire plutôt que de l'accuser d'un sale coup sans dire quoi.
Dans une discussion, le difficile, ce n'est pas de défendre son opinion, c'est de la connaître.
André Maurois

Garance
Messages : 650
Enregistré le : 28 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Ile de France

Message non lu par Garance » 21 juil. 2009, 11:20:00

Peut-être ne connaîtrons-nous jamais la vérité, cependant il est à remarquer que Sarko s'est permis de qualifier de "ridicule" cette affaire de commissions, alors qu'il n'est pas dans son rôle de commenter une instruction en cours ... confusion des pouvoirs ? 8-)

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 21 juil. 2009, 12:17:00

Non, liberté d'une partie de s'exprimer.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Garance
Messages : 650
Enregistré le : 28 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Ile de France

Message non lu par Garance » 21 juil. 2009, 14:52:00

"Ridicule ... grotesque ... absurde" a commenté Tsarkozy ... mais peut-être s'exprimait-il en tant que ministre du Budget :mrgreen: , fonction qu'il occupait en 1995, lorsqu'il a donné son aval à la création de la société Heine, par laquelle une partie des commissions aurait pu participer au financement de la campagne de son ami Balladur. (Le Nouvel Obs)

un artisan
Messages : 1612
Enregistré le : 11 avr. 2011, 00:00:00
Localisation : CALVADOS

Le pouvoir

Message non lu par un artisan » 12 juil. 2011, 10:26:00

Les documents Takieddine: le financier secret qui met en danger le clan Sarkozy
10 juillet 2011 | Par Fabrice Arfi et Karl Laske
Image
Brice Hortefeux et Ziad Takieddine.© Photo Mediapart

Il est le suspect n°1 dans le volet financier de l'affaire Karachi. Il est aussi celui dont les secrets mettent en danger la présidence de la République. Mediapart dévoile une série de documents et de photos inédites entre l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine et le premier cercle du chef de l’État. Sont concernés: Brice Hortefeux, Thierry Gaubert, Jean-François Copé, Claude Guéant, Pierre Charon, Dominique Desseigne...
Des politiques très honnêtes assurément...Un procès aura lieu en 3024....
Démocratie :le pouvoir pour les poux de manger les lions Clémenceau

Répondre

Retourner vers « Notre justice »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré