Le FN

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le FN

Message non lu par freeze » 13 oct. 2013, 12:13:08

jamais

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le FN

Message non lu par Nico37 » 14 oct. 2013, 10:08:33

Le FN tente de prendre " Racine " à l'école (AFP) 13/10

Convaincre un monde enseignant très hostile au FN, proposer pour une école " en démantèlement continu " des remèdes fondés sur le mérite, le respect, l'autorité : c'est l'ambition affichée du collectif Racine lancé samedi à Paris par Marine Le Pen et des professeurs.
Création qui, " il y a quelques années encore, était inimaginable " , a relevé la présidente du Front national, conquérante à la veille d'un second tour de cantonale à Brignoles (Var) où son candidat part favori. C'est " la preuve que le poids de la bienpensance recule, y compris dans le monde enseignant, où le conformisme idéologique est en train de se briser " , veut-elle croire.

(...)

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le FN

Message non lu par freeze » 14 oct. 2013, 20:08:02

http://www.rue89.com/2013/10/13/municip ... -fn-246521
On entend dire que « des électeurs de gauche votent Front national ». C’est faux. Si l’on prend toutes les élections de ces dernières années, l’électorat de gauche n’a pas voté Front national.

Il ne vote plus du tout.

Avatar du membre
El Fredo
Messages : 26149
Enregistré le : 17 févr. 2010, 00:00:00
Parti Politique : En Marche (EM)
Localisation : Roazhon
Contact :

Re: Le FN

Message non lu par El Fredo » 14 oct. 2013, 20:45:45

Pas faux malheureusement.
If the radiance of a thousand suns were to burst into the sky, that would be like the splendor of the Mighty One— I am become Death, the shatterer of Worlds.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le FN

Message non lu par wesker » 14 oct. 2013, 21:09:34

freeze, par définition, si un électeur, qui votait pour la gauche ou pour la droite choisit de donner son bulletin à un candidat FN, par définition, il n'est plus un électeur de gauche pour toi ? C'est assez surprenant comme raisonnement car tu pourrais aussi t'interroger sur les raisons qui conduisent ces électeurs à ne plus accorder leur confiance à la gauche ou à la droite, mais qui les font désormais se reconnaître dans les propositions, les thèses et les analyses que développent, tranquillement, de manière constructive, le FN.

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le FN

Message non lu par freeze » 14 oct. 2013, 21:17:00

le fn veut casser son image d'ed
pas assez rassembleur a son niveau
excellente emission de mermet cet am sur fi sur la question
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2850

Avatar du membre
Narbonne
Messages : 15063
Enregistré le : 04 sept. 2011, 16:12:50
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Le FN

Message non lu par Narbonne » 14 oct. 2013, 21:32:31

Les électeurs de gauche ne votent pas FN. Par contre, il existe des électeurs qui ont voté à gauche et qui maintenant votent FN.
Ce n'est pas la même chose.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le FN

Message non lu par wesker » 15 oct. 2013, 20:36:14

Narbonne, les électeurs de gauche, à juste raison exigent un soutien à leur pouvoir d'achat, réclament l'amélioration de leurs conditions de travail et la défense des catégories populaires qui, sous la droite, ont profondément souffert et furent lourdement mises à contribution, constatant qu'en dépit de la gauche, social démocrate, leurs situations continuent à se détériorer, ils réalisent que le FN constituent, pour eux, un moyen d'atteindre un objectif de sauvegarde de l'intérêt commun, de ce point de vue, cela devrait faire réfléchir, les partis de gauche et de droite sur la manière de réformer le modèle économique tout en recherchant l'assainissement budgétaire ET l'amélioration de la qualité de vie en matière sociale.

Le souci étant que le PS a tourné le dos aux travailleurs, que la droite ne s'adresse qu'à ceux qui vivent trés bien quand Marine Le Pen s'adresse à tout les oubliés, à ceux auxquels personnes ne pensent jamais et que ces derniers sont réceptifs, entendent et fondent leurs espoirs sur un programme alternatif.

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le FN

Message non lu par freeze » 15 oct. 2013, 20:47:15

je ne crois pas que le fn attire les oubliés
sinon l'abstention régresserait ......................
c'est juste des gens qui votent encore................

Nico37
Messages : 18633
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Re: Le FN

Message non lu par Nico37 » 15 oct. 2013, 23:27:45

Quand l’école de la République fait le lit de l’extrême droite Bernard Girard Enseignant en collège 14/10

Avec le lancement du collectif Racine solennisé par un discours de Le Pen, le Front national tente une percée dans le petit monde de l’enseignement.

Partant d’une analyse et de propositions qui ne brillent ni par leur pertinence ni par leur finesse, encore moins par leur originalité, il accouche d’un projet qui, curieusement, distille comme un air de déjà vu et même de ressassé.

Les pédagogues dans le collimateur du FN

Pour le collectif, l’école est malade, incapable d’assurer, « par la perpétuation de l’excellence française, l’avenir de la nation ». La responsabilité de cette situation en incombe « à près d’un demi-siècle de contre-réformes inspirées par l’idéologie permissive héritée de Mai 68, par des théories pédagogiques aberrantes et par les dogmes euromondialistes appliqués aux politiques éducatives ». En quelque sorte, la faute à Cohn-Bendit et à Meirieu.

Vu du FN, le « redressement » de l’école passe par un certain nombre de mesures. La plus audacieuse consistant à mettre en avant la maîtrise des savoirs fondamentaux : lire, écrire et compter. C’est vrai qu’on n’y avait jamais pensé… Pour ce faire, la méthode syllabique sera seule utilisée, marquant ainsi « la fin de l’aventure pédagogiste. »

L’enseignement de l’histoire sera principalement consacré à l’histoire de la France, « qui retrouvera sa place au cœur de l’apprentissage […] à partir de la chronologie et de figures symboliques qui se gravent dans les mémoires », tandis que la géographie, là encore limitée à la France, se fera sous forme de cartes. Hors de cela, l’enseignement sera débarrassé de tout ce fatras qui l’encombre inutilement.

Le collège unique également

Création du diable, le collège unique sera supprimé, et, par corollaire, l’apprentissage à 14 ans rétabli. Enfin, l’école redeviendra un « sanctuaire », non seulement par l’affirmation de la laïcité mais aussi par l’installation de portiques de détection de métaux.

Pour ce qui est du pilotage et de la gouvernance du système, le FN n’est pas à une contradiction près : vantant d’un côté l’autonomie du chef d’établissement, il réaffirme d’autre part, la nécessité de « recentraliser l’administration de l’Education nationale afin d’éviter la multiplication anarchique d’expériences diverses dont le résultat n’est jamais vraiment contrôlé ».

Résumons : école primaire limitée aux rudiments, sélection précoce des élèves, renforcement de l’administration centrale, c’est-à-dire, in fine, du pouvoir politique sur les enseignants comme sur les élèves et les familles, le projet éducatif de l’extrême droite tient en deux idées forces :

- sélection drastique des élites ;
- domestication du peuple.

Non seulement ce programme ne se signale pas par son inventivité, mais qu’il ne fait que reprendre pratiquement à la lettre, dans son esprit comme dans sa formulation, quantité d’analyses développées depuis de nombreuses années dans d’autres sphères politiques et – c’est plus problématique – dans certains milieux éducatifs.

Un air de déjà vu

L’école rêvée par le FN ne diffère à vrai dire en rien de celle dont les partis politiques de droite ont déjà tracé les contours : partant d’une analyse sommaire et peu informée de l’état de l’école et de son histoire, les diverses composantes de l’UMP aboutissent, dans leurs projets respectifs, à des conclusions identiques.

Dans le collimateur, à travers la dénonciation du collège unique, c’est l’ouverture à tous les élèves des études secondaires qui est visée. La création de filières diversifiées, de classes de niveau, l’institution d’un examen d’entrée en sixième, quelle que soit la formule employée, le rétablissement de l’apprentissage à 14 ans : toutes ces mesures aboutissent en fait à une ségrégation des élèves sur des bases sociales.

Partant de la constatation – hélas vérifiée – que le système éducatif ne permet pas à chacun d’y réussir, la droite et l’extrême droite en tirent les conséquences, leurs conséquences : puisque l’échec scolaire signe la faute, l’inaptitude de l’élève, nécessairement « pas fait pour les études », son exclusion du système s’impose. Que les élèves ainsi exclus soient tous issus des milieux défavorisés ne dérange ni les certitudes ni les bonnes consciences.

Quelle école pour quelle République ?

Ces représentations réactionnaires de l’éducation ne sont pas l’apanage des partis politiques de droite ou d’extrême droite. On les retrouve aussi à gauche, au sein de la nébuleuse proche de Chevènement, dont les convictions éducatives constamment affichées sont rejointes par celles de Le Pen.

Depuis des décennies, elles sont également défendues au sein même de l’école par toute une mouvance, extrêmement bruyante dans les médias, s’exprimant par le biais de pamphlets souvent violents et caricaturaux qui se répètent les uns les autres et où se retrouvent en fin de compte les valeurs et les présupposés à l’œuvre aujourd’hui au Front national.

Un discours simpliste entre tous : en ouvrant la porte aux « pédagogistes » – terme injurieux pour désigner les pédagogues –, Mai 68 aurait conduit l’école à sa ruine. Cette considération rudimentaire débouche sur un remède qui ne l’est pas moins : revenir à l’école du passé, parée de toutes les vertus, indissociable de l’histoire de la République.

D’où découle cette opposition aberrante, exacerbée dans les médias, entre d’un côté les « républicains », héritiers de Jules Ferry, défenseurs de la transmission des savoirs et, de l’autre, des « pédagogistes » post soixante-huitards, fossoyeurs de la culture, éducateurs plutôt qu’enseignants, responsables de la « faillite » d’un système éducatif que le monde entier nous enviait.

Un antagonisme complètement artificiel qui passe sous silence l’essentiel : à savoir que l’école de la République, l’école de Jules Ferry, s’est construite sur une ségrégation sociale de fait entre les milieux aisés à qui les études secondaires étaient réservées et les milieux modestes aux ambitions limitées à l’école primaire.

De l’école au FN via Brighelli

La posture affichée d’un enseignant comme Brighelli est emblématique de ce flou sémantique habilement entretenu, qui mêle sans peine le modèle républicain à l’idéologie d’extrême droite.

Quoique déjà compromis par son activisme dans la politique éducative de Sarkozy – ce qui lui valut, on ne se lasse pas de le rappeler, d’être fait chevalier de la Légion d’honneur par Darcos en personne –, ses prises de position brutalement réactionnaires lui apportèrent au cours des dix dernières années une considération jamais démentie aussi bien à gauche qu’à droite : l’hebdomadaire Marianne lui offrait une tribune et même Libération, par la voix de l’un de ses chroniqueurs fétiches, chantait ses louanges.

Aujourd’hui, Brighelli ne se donne même plus la peine de dire où vont ses faveurs : « Les constats du FN, repris par le collectif Racine, sont à peu près tous corrects si désormais le FN est le seul à poser les bonnes questions et à avancer des réponses crédibles, ce n’est pas ma faute », écrit-il dans une tribune au Point.

Que certaines valeurs soient partagées en commun par le FN et une partie de la gauche, avec l’école comme terrain d’expérimentation, n’est pas à vrai dire une chose nouvelle :

- une conception de la discipline réduite à de simples exigences d’obéissance ;
- une incapacité maladive à imaginer une forme d’intégration au groupe, de vie en société, qui s’épanouisse en dehors du cadre national ;
- la morale ramenée à des leçons de morale ;
- une conception intolérante de la laïcité ;
- la nostalgie d’un prétendu âge d’or scolaire qui n’a en fait jamais existé ;
- le refus de prendre en considération la composante sociale de l’échec ou de la réussite scolaire...

Tout ceci se retrouve, à des degrés divers, sur un très large éventail politique.

Une constatation qui renvoie pour finir à la banalisation de l’extrême droite dans l’opinion publique et qu’on peut expliquer bien davantage par une prédisposition culturelle et des habitudes mentales très ancrées dans l’inconscient des Français, plutôt que par une crise économique et sociale qui n’émeut finalement pas grand monde.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Re: Le FN

Message non lu par wesker » 16 oct. 2013, 13:12:55

Il n'y a pas de raison que les élèves ne reçoivent que la doxa officielle et que l'éducation de nos enfants soit politisés et inculqués à l'idéologie mondialiste.

Je pense, au contraire qu'ils doivent pouvoir disposer de plusieurs enseignements pour ensuite, en conscience et connaissance de cause, se déterminer librement.

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le FN

Message non lu par freeze » 16 oct. 2013, 14:24:21

éducation politisée ?

Avatar du membre
mordred
Messages : 7236
Enregistré le : 22 mai 2012, 11:40:06
Localisation : Tout à l'Ouest (France)

Re: Le FN

Message non lu par mordred » 16 oct. 2013, 17:00:12

En une minute, la vérité sur Le Pen.
Son défunt ami Léon le belge parle.
C'est tout. A chacun de juger le FN.

[BBvideo 600,350]http://www.dailymotion.com/video/xbujz3 ... -leon_news[/BBvideo]
"La mer était très forte. Je pense qu'il était bien trop vieux pour aller à la pêche aux maquereaux".
Feu Dédé la fleur; bien souffrant (Ouessant) et Yann Tiersen (mondialement connu).

manolo
Messages : 2729
Enregistré le : 20 mars 2012, 23:26:04

Re: Le FN

Message non lu par manolo » 16 oct. 2013, 17:01:46

L'éducation est toujours politisée.

Le choix des programmes scolaires en Histoire n'est pas fait n'importe comment.
L'Histoire, c'est vaste.
Les décideurs choisissent ce qui mérite sa place, et ce qui n'est pas "assez" important pour que les élèves y consacrent du temps. Les décideurs choisissent ensuite sur quoi ils veulent faire un "zoom".
Du moment qu'elles font encore le ménage toussa, où est le problème ?
Pas taper :) !

freeze
Messages : 8547
Enregistré le : 19 juin 2013, 16:29:06

Re: Le FN

Message non lu par freeze » 16 oct. 2013, 18:01:27

admettons même si je ne suis pas d'accord
l'éducation ne se résume pas a l'histoire

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré