Le FN

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 11 mai 2011, 20:44:00

pwalagratter a écrit : Je voudrai savoir où je peux poster un article sur les fachos à Lyon et leur délicate marche du cochon programmée samedi. Ils ont tombé les masques de cochon car la manif a été interdite, mais maintenant ils veulent marcher pour la liberté d'expression
Pov' cochons brimés
Là icon_biggrin tu sais ce n'est pas parce qu'elle se donne des airs de St ni touche que le FN n'est pas fasciste...

Cobalt

Message non lu par Cobalt » 12 mai 2011, 09:07:00

 
L'avocat Gilbert Collard se rallie à Marine Le Pen

-[Bouton_haut_article]-[]-[SELECT]-[Bouton_s_abonner_12]]

Image
«Je n'ai pas pris ma carteau Front national, mais je suis très ami, et de longue date, avec Marine Le Pen. Je suis mariniste. Mon lien est avec elle», déclareGilbert Collard.
Crédits photo : PATRICK KOVARIK/AFP
Venu de la gauche, cet habitué des médias affirme que ce n'est pas lui qui a changé, mais le FN. Image
Voilà un soutien inattendu. Dans un entretien accordé mercredi à l'hebdomadaire Valeurs actuelles, l'avocat Gilbert Collard, habitué des médias et issu de la gauche, annonce son ralliement à… Marine Le Pen! «Je n'ai pas pris ma carte au Front national, mais je suis très ami, et de longue date, avec Marine Le Pen, déclare Gilbert Collard dans son interview. Je suis mariniste. Mon lien est avec elle.»

Jadis, l'avocat avait croisé le fer avec Jean-Marie Le Pen dans un débat télévisé. Il avait exprimé au président du FN de l'époque l'aversion qu'il lui inspirait. Aujourd'hui, Gilbert Collard estime que «le Front mariniste est 100% républicain. Le procès en racisme intenté à Marine Le Pen est totalement obsolète. Marine, je la connais: elle n'est ni raciste, ni antisémite, ni xénophobe!» Bref, plaide l'avocat, «je n'ai pas changé, c'est le FN qui a changé».

Le 10 mai 1981, Gilbert Collard s'était rendu à Château-Chinon, fief de François Mitterrand, dans la Nièvre, pour attendre le résultat de l'élection présidentielle aux côtés du grand homme. Aujourd'hui, il soutient la préférence nationale, cœur du programme du FN. «La préférence nationale, c'est le contraire du racisme puisque c'est la citoyenneté qui prime sur l'origine, notamment ethnique, des individus, soutient l'avocat. La préférence nationale revient à favoriser un Français d'origine tunisienne par rapport à un Tunisien d'origine tunisienne.» Gilbert Collard affirme en outre que «la préférence nationale est une idée socialiste mise en place par Roger Salengro sous le Front populaire».

À 63 ans, l'avocat, qui a déjà tâté de la politique, en particulier au Parti radical valoisien, s'imagine-t-il élu député «front mariniste» à l'Assemblée nationale lors des élections législatives de juin 2012? Gilbert Collard exerce principalement à Marseille, où le FN a connu un redressement spectaculaire lors des régionales de 2010 et des cantonales de 2011. Interrogé sur sa candidature aux municipales de 2014, l'avocat répond: «Je me prononcerai le moment venu. Mais je n'ai pas pour habitude, lorsque je m'engage, de faire les choses à moitié.»

Gilbert Collard n'apporte qu'un bémol à son ralliement. Avant d'appeler à voter pour Marine Le Pen à la présidentielle, il veut observer «l'évolution du Front mariniste» et se décidera «en fonction de la confirmation, à laquelle je crois, de cette évolution».
Interdit moral affaibli
Marine Le Pen et Gibert Collard se connaissent depuis vingt-cinq ans. L'avocat a défendu sa mère, Pierrette Le Pen, lors du divorce conflictuel et très médiatisé qui l'a opposée à Jean-Marie Le Pen en 1984 et 1985. Ces circonstances ne semblaient pas les prédisposer à devenir proches, puisque Marine Le Pen avait, à l'époque, pris publiquement le parti de son père. Il est vrai que la présidente du FN est, elle aussi, avocate de profession.

C'est la première fois qu'une personnalité «installée», et qui dispose d'une certaine notoriété, s'engage publiquement en faveur de Marine Le Pen. Cas isolé ou non, c'est en tout cas l'indice que l'interdit moral, très puissant lorsque Jean-Marie Le Pen présidait le FN, est aujourd'hui très affaibli.
Je n'ai jamais apprécié ce type pour cause,un avocaillon opportuniste dont le seul but est de ce faire une popularité via les médias pour facturer des sommes astronomique à ses clients,mais il ne va pas être le seul à la soutenir...


Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 12 mai 2011, 20:28:00

Retour sur un pseudo buzz : Complément d'enquête consacré à la Présidentielle : la tentation de l'extrême droite

Ce lundi soir, Benoît Duquesne présente un nouveau numéro de Complément d'enquête dès 22h05 sur France 2. Sommaire


Présidentielle : la tentation de l'extrême droite


A un an de l'élection Présidentielle, quel rôle pour l'extrême droite, quelle place pour Marine Le Pen ? Toujours très bien située dans les sondages, elle a su remettre son parti au centre du débat politique et tente aujourd'hui de donner au Front National un nouveau visage. Ses idées semblent inspirer jusqu'au sommet de l'Etat... Après les déclarations de Claude Guéant sur l'immigration, c'est désormais le gouvernement et l'UMP qui donnent l'impression de courir derrière les propositions du FN. Comment récupérer ses électeurs de plus en plus nombreux ? Quelle stratégie adopter face à Marine Le Pen dans la perspective de la Présidentielle ? Complément d'enquête sur celle qui peut faire trébucher l'Elysée. Qui est vraiment Marine Le Pen ? Pourquoi séduit-elle les victimes de la crise et les déçus du sarkozysme ? Pourra-t-elle faire du FN un parti comme un autre ? Avec comme invités :
- Jean François Copé, Secrétaire général de l’UMP
- Marine Le Pen, Présidente du Front National
- Dominique Reynié, politologue, Directeur général de la Fondation pour l’innovation Politique
- Caroline Fourest, journaliste et essayiste


Les reportages :


 Marine à l’abordage !


En déclarant que la shoah est "la plus grande tragédie de l'histoire contemporaine", Marine Le Pen a voulu se démarquer de son père et séduire un nouvel électorat. Portrait de la nouvelle chef de l'extrême droite Française qui depuis le mois de janvier polit l’image de son parti et exclut les militants néofascistes.


 Guéant monte au front


Après des années passées dans l'ombre de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, nouveau ministre de l'Intérieur, s'est fait remarquer par ses déclarations fracassantes : « Les Français ont parfois l’impression de ne plus être chez eux », « L’accroissement du nombre de Musulmans pose problème». Reportage avec Claude Guéant et dans les allées du pouvoir où, pour contrer l'ascension de Marine Le Pen, des conseillers venus d'extrême droite ont l'oreille du Président.


 Que sont les skins devenus ?


Crânes rasés, blousons noirs et rangers... Hier, dimanche 8 mai, des centaines de skin-heads, de néo-fascistes et d'ultra nationalistes marchaient dans Paris. Ils avaient disparu du paysage, on les croyait passés de mode, pourtant les "skins" se réorganisent et certains ne renient pas la violence. A Reims, quatre d'entre eux ont même été condamnés il y a quelques semaines pour avoir torturé et tué un jeune homme tout en écoutant des chants nazis.
Le Pen boycotte France 2


Dans un communiqué publié lundi à la mi-journée, le Front national annonce que Marine Le Pen ne se rendra pas sur le plateau de l'émission Complément d'enquête, consacrée à l'extrême droite et dont elle était l'invitée en deuxième partie de soirée. Contactée par leJDD.fr, la présidente du FN explique ne pas vouloir se tenir "une nouvelle fois en position d'accusée" dans ce qu'elle qualifie de "procès stalinien". Explications.


Après Vincent Peillon, Marine Le Pen. Comme l'eurodéputé socialiste début 2010, c'est au tour de la présidente du Front national de boycotter, au dernier moment, une émission politique de France 2. En l'occurrence, la patronne du FN a décliné lundi matin l'invitation qui lui avait été faite pour participer à Complément d'enquête, diffusé ce jour même, en deuxième partie de soirée. Intitulée La tentation de l'extrême droite, l'émission présentée par Benoit Duquesne prévoit, selon le sommaire consultable sur le site de la chaîne, trois reportages, ainsi qu'un échange entre Marine Le Pen et journaliste. Benoit Duquesne doit également s'entretenir du sujet avec le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé.


Problème, le menu du programme ne convient absolument pas au Front national et à sa présidente, contactée lundi matin par leJDD.fr. Si Marine Le Pen affirme qu'elle a "passé l'âge de faire des caprices", elle refuse de se "tenir une nouvelle fois en position d'accusée" dans ce qu'elle considère, ni plus ni moins comme "un procès stalinien". Qui plus est sur une chaîne publique, et donc "financée par le contribuable", rugit-elle.


Ménard pour la remplacer


Reprenant l'argumentaire du communiqué diffusé quelques minutes plus tôt par son parti, la patronne du FN déplore notamment la diffusion d'un reportage consacré aux skinheads et condamne "l'amalgame qui est fait entre ces gens et nos adhérents". "Le Front national n'a jamais rien eu avoir avec les skinheads", se défend encore celle qui avait pris les mesures nécessaires pour écarter les crânes rasés du traditionnel défilé de son mouvement le 1er mai dernier à Paris. Considérant encore que son parti était, selon elle, "insulté par de tels procédés malhonnêtes", Marine Le Pen n'écarte pas des actions en justice contre France 2, si des passages de l'émission lui semblent "diffamatoires".


Reste que cette politique de la chaise vide a dû pousser France 2 à trouver une solution de repli. En milieu de journée, son remplaçant a été trouvé, en la personne... de Robert Ménard, auteur d'un essai largement commenté intitulé Vive Le Pen !. Une option étonnante qui a été rapidement confirmée au JDD.fr par un responsable de l'émission, laquelle sera diffusée ce lundi soir à partir de 22h05.
Après Marine Le Pen, Bruno Gollnisch boycotte France 2


Alors que Marine Le Pen a fait savoir qu'elle annulait l'interview qu'elle devait accorder à Benoît Duquesne, dans le cadre du magazine "Complément d'enquête" consacré ce lundi soir à l'extrême droite, Bruno Gollnisch lui emboîte le pas.


Marine Le Pen et bruno Gollnisch provoquent encore des remous. France 2 avait déjà connu la même mésaventure lorsque Vincent Peillon avait refusé de participer à une émission politique de France 2. La chaîne du service public se retrouve dans la même situation avec Marine Le Pen. La présidente du Front National a précisé ce lundi matin qu'elle ne participerait pas au magazine Complément d'enquête et présenté par Benoit Duquesne.


Le thème La tentation de l'extrême droite prévoyait trois reportages, ainsi qu'une interview de Marine Le Pen par le journaliste. Benoit Duquesne doit également recevoir le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé qui sera bien présent. Mais, le programme ne semble pas convenir à la présidente du FN qui, contactée lundi matin par leJDD.fr, s'est expliquée en affirmant qu'elle a « passé l'âge de faire des caprices » et qu'elle refuse de se « tenir une nouvelle fois en position d'accusée » dans ce qu'elle considère, ni plus ni moins comme « un procès stalinien ». Notamment sur une chaîne publique, et donc « financée par le contribuable », dit-elle sur le site.


« C’est indigne du service public » 


De son côté, sollicité pour évoquer dans un reportage consacré à Claude Guéant ses liens d’amitié passés avec Patrick Buisson, le conseiller régional Rhône-Alpes a exigé le retrait de son interview. Contacté par Marianne2, Bruno Gollnisch s'explique : « Je croyais que c’était une émission consacrée à la vie, à l’influence de Patrick Buisson. Mais en réalité, c’est une émission sur l’extrême-droite qui se termine sur un reportage sur des skinheads torturant un individu. C’est indigne du service public. » 


Benoît Duquesne s’est dit « surpris », d’autant que Marine Le Pen avait accepté l’invitation depuis plusieurs semaines. « Je trouve pour le coup désolant de dire qu’elle découvre le titre de l’émission et la présence de ce reportage sur les skins y compris dans son contenu », a déclaré le journaliste à l'AFP. Pour lui, il s’agit « ou bien du résultat d’une mauvaise organisation ou bien de mauvaise foi puisque le sujet comme le titre étaient annoncés depuis trois semaines ».


La solution de remplacement a vite été trouvée par la chaîne puisqu'en milieu de journée, France 2 a annoncé que le nouvel invité était Robert Ménard, auteur d'un essai largement commenté intitulé Vive Le Pen !

Finalement c'est sur le forum de l'émission qu'il y a une mise au point historique intéressante :
http://forums.france2.fr/france2/comple ... skins-skin…


Quant à l'émission :


Extrait : 


Replay : http://www.pluzz.fr/complement-d-enquet ... 22h10.html

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 13 mai 2011, 01:57:00

L'immunité parlementaire de Gollnisch est levée. 

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 13 mai 2011, 14:00:00

Cette décision montre combien la liberté d'opinion est à géométrie variable en fonction de la sensibilité et de l'appartenance ou non au système !

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 13 mai 2011, 15:14:00

Pour être honnête je n'en sais rien, j'avais zappé cet événement de 2008 je crois.  icon_biggrin

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 13 mai 2011, 19:45:00

wesker a écrit :Cette décision montre combien la liberté d'opinion est à géométrie variable en fonction de la sensibilité et de l'appartenance ou non au système !
Faut-il préciser à quel sujet d'abord  icon_exclaim








 
http://www.francesoir.fr/actualite/poli ... 00624.html

Le FN ne veut plus d'euxTrop fachos, trop "lookés", trop extrêmes : ce sont les recalés de l'opération « dédiabolisation » voulue par Marine Le Pen. Prec.Suiv.
123
  • Image
    Serge Ayoub pose avec le service d'ordre de son mouvement Troisième Voie MaxPPP

    [/list:u]
    Precedent
    ImageImageImage

    Suivant


    Anciens skinheads reconvertis en militants nationalistes « sociaux », étudiants amateurs d'actions coup de poing ou encore ex-lieutenants de Jean-Marie Le Pen prompts à « tacler » sa fille : à la droite du FN, on trouve aujourd'hui de tout. Ce sont les victimes collatérales du concept marketing préféré de Marine Le Pen : la « dédiabolisation ». Ces derniers jours, les groupuscules nationalistes étaient de sortie. Dimanche dernier, 8 mai, au cours d'une manifestation à Paris contre le « mondialisme », entre la Madeleine et la place des Pyramides (où se dresse la statue de Jeanne d'Arc), un petit millier de personnes défilent. Leur mot d'ordre : « Europe, jeunesse, révolution ». Un cortège coorganisé par le syndicat étudiant GUD (Groupe Union Défense) et Troisième Voie, un microparti politique fondé par l'ancien skinhead Serge Ayoub. Présents également : la Nouvelle Droite populaire et le Renouveau français.  L'après-midi, ce seront des formations nationalistes mais cette fois catholiques, et parfois royalistes, qui manifesteront à leur tour. Tous ces militants, Marine Le Pen n'en avait pas voulu dans son défilé à elle, qui s'était tenu une semaine auparavant, le dimanche 1er mai : surtout pas de skins, oui à un FN « light ». Serge Ayoub : « Batskin » reconvertiLundi 9 mai, 20 h 30, cour d'un immeuble de la rue des Chartreux, dans le VIe arrondissement de Paris. Une trentaine de crânes rasés et de jeunes du GUD se sont donné rendez-vous pour déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de leur « héros » : Sébastien Deyzieu, militant nationaliste mort ici après une course-poursuite avec la police, en 1994. Serge Ayoub, 47 ans, est là. Cet ancien chef des skinheads parisiens, surnommé « Batskin » pour son usage de la batte de base-ball, a fondé en novembre le mouvement Troisième Voie, afin de lutter, dit-il, contre « la domination du capitalisme globalisé et l'invasion extra-européenne ». La veille, à la tribune de la manifestation nationaliste, il avait pris la défense des « sans-grade » maltraités par le « nouveau » FN. Ayoub regrette le temps où « la force du FN était d'être politiquement incorrect » et où Marine Le Pen était venue dialoguer avec lui, en 2008. « Elle commet une erreur, dit-il, en jouant le rôle que le système veut lui faire jouer. Et si c'est de la com, c'est de la mauvaise com, car au final le résultat, c'est qu'on parle des skins... » Edouard Klein : « gentleman facho »Etudiant en deuxième année de droit à la faculté d'Assas, à Paris, Edouard Klein a fait renaître de ses cendres, en 2009, un des plus sulfureux syndicats estudiantins : le GUD. Fondé en 1968 dans la droite ligne d'Occident, ce mouvement a fourni à l'UMP des élus locaux et quelques ministres, et à Marine Le Pen au moins deux de ses proches conseillers. En ce mardi 10 mai, dans une brasserie proche de sa fac, Edouard lit Le Figaro en terrasse, Ray-Ban sur le nez et blouson de cuir d'aviateur sur les épaules. Le GUD, c'est aussi un look. « Nous sommes les gentlemen fachos », s'amuse Klein, qui assume la symbolique de la croix celtique, présente sur leurs drapeaux aujourd'hui et sur ceux de Mussolini hier. Les « gudards » ne cachent pas un certain goût pour la baston. A Assas, ils se disent prêts à « virer manu militari les dealers ». A Tolbiac, Jussieu ou la Sorbonne, ils se cognent avec les miltants d'extrême gauche. Ces « esthètes du nationalisme » vivent-ils mal leur mise à l'écart par Marine Le Pen ? Le GUD dit ne pas s'en préoccuper, car « le FN est un mouvement électoraliste, dirigé par une élite qui voudrait diriger le peuple plutôt que l'inverse ». Carl Lang : un cadre devenu sniperIl aurait pu devenir le patron du FN, dont il a été secrétaire général entre 1999 et 2005. Carl Lang dirige aujourd'hui une formation presque invisible (le Parti de la France) après avoir quitté avec fracas le parti de Jean-Marie Le Pen, dont il était très proche, en 2008. Carl Lang, c'est le FN des catholiques et des bonnes familles. Une extrême droite anti-avortement qui a défilé non pas le 1er mais le 8 après-midi. Lorsqu'il revient sur 2008 et son départ, Lang évoque immédiatement « la personnalité, humaine et politique, de Marine Le Pen » en qui il n'avait « pas confiance ». Pour ce sexagénaire, la fille Le Pen « tourne le dos au FN canal historique », avec « un discours de démagogie sociale et d'irresponsabilité économique ». Lang juge que la sortie de l'euro serait « une folie », se déclare « libéral » et dénonce l'« étatisme » prôné par Marine Le Pen. Quant à la laïcité, que revendique maintenant la nouvelle présidente du FN, il l'abhorre : « C'est du négationnisme de l'identité française. Notre histoire, c'est 2.000 ans d'héritage chrétien. La laïcité, c'est une fausse neutralité qui deviendra le cheval de Troie de l'islamisation. »  Par Tugdual DenisJulie Mendel
      
  

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 14 mai 2011, 15:20:00

Ces gens là ne sont pas représentatif des nationaux français. Marine Le Pen a décidé de ne pas les mettre en avant en leur permettant de faire leur show.

Pourquoi accorder à ces individus, ces groupes, une audience et une crédibilité qu'ils n'ont pas dans l'opinion.

Ayant refusé de faire passer leurs idées avant leurs lubbies comportementales, ces groupuscules ont préféré quitté le mouvement et tenter de s'organiser au sein d'autres formations. En revanche, réduire les idées nationales à ces groupes est une erreur

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 14 mai 2011, 16:12:00

wesker a écrit :Ces gens là ne sont pas représentatif des nationaux français. Marine Le Pen a décidé de ne pas les mettre en avant en leur permettant de faire leur show.

Pourquoi accorder à ces individus, ces groupes, une audience et une crédibilité qu'ils n'ont pas dans l'opinion.

Ayant refusé de faire passer leurs idées avant leurs lubbies comportementales, ces groupuscules ont préféré quitté le mouvement et tenter de s'organiser au sein d'autres formations. En revanche, réduire les idées nationales à ces groupes est une erreur
Là faut expliquer pourquoi, ils ne sont pas représentatifs  icon_exclaim  Prends les kops d'ED des clubs de foot et tu verras. J'attends donc une démonstration très précisément étayée et non des affirmations gratuites. D'autant que tu commets une nouvelle erreur : sauf exception individuelle, ils n'ont jamais été au FN (où alors de passage, plus sûrement infiltrés). Ensuite, comment calculer le crédit de mouvements très minoritaires dans la population : si tu as la formule, Wesker, t'es un homme riche, monte un institut de sondage  icon_mrgreen  Enfin totale méconnaissance (en as-tu seulement déjà rencontré) de ces militants : ils sont au contraire très cohérent entre look et idées : en faire des posers est une erreur majeure qui risque de se payer par la perte de militants actuellement destabilisés par la nouvelle orientation du FN...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 15 mai 2011, 14:22:00

Nico37, ces individus, de Spieler à Carl Lang furent tous membres du FN et le quittèrent par divergences avec la réalité de ce qu'est le nationalisme.

Effectivement, nombre d'électeurs attachés à la défense de la nation, à l'identité de notre peuple et à l'indépendance de notre territoire se reconnaissent dans les valeurs et parfois les propositions émises par les nationaux mais contestent les pratiques de ces organisations qui sont aujourd'hui, et depuis déjà un certain temps, en concurrence avec le FN.

Au regard des propositions et des analyses, tu te rendras compte que ces groupes ne partagent pas les mêmes idées que les électeurs du FN, c'est pourquoi je dis qu'ils ne peuvent se prévaloir d'être représentatif du nationalisme français.

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 15 mai 2011, 14:41:00

wesker a écrit :Nico37, ces individus, de Spieler à Carl Lang furent tous membres du FN et le quittèrent par divergences avec la réalité de ce qu'est le nationalisme.

Effectivement, nombre d'électeurs attachés à la défense de la nation, à l'identité de notre peuple et à l'indépendance de notre territoire se reconnaissent dans les valeurs et parfois les propositions émises par les nationaux mais contestent les pratiques de ces organisations qui sont aujourd'hui, et depuis déjà un certain temps, en concurrence avec le FN.

Au regard des propositions et des analyses, tu te rendras compte que ces groupes ne partagent pas les mêmes idées que les électeurs du FN, c'est pourquoi je dis qu'ils ne peuvent se prévaloir d'être représentatif du nationalisme français.
Tu as raison Wesker, la vieille génération 45-65 ans est passée par le FN et pas par opportunisme, mais ils ne représentent pas grand chose même s'ils sont évidemment surreprésentés parmi les cadres. Cet oubli réparé, quand je regarde le score du BI par ex. sur Nice, eh bien je ne vois pas où les électeurs contestent les méthodes et l'organisation du BI en lui donnant 6.7%  icon_exclaim  Le nationalisme comme toute idéologie n'appartient qu'à celles & ceux qui la font vivre...

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 15 mai 2011, 14:45:00

Euhh...Nico37, la démocratie doit permettre à chacune des idées d'aller se présenter devant les électeurs.

J'ai dit que les idées des identitaires n'étaient pas des idées nationales, fédéralisme, ethnicisme et agitation constituent le fondement de leurs orientations politiques et je trouve légitime que certains français s'y reconnaissent et votent en leur faveur. C'est pourquoi, pour ma part ne les partageant pas je ne suis pas membre de ces formations qui présentent des listes qui sont, comme tu en conviens, des listes concurrentes de celles que mènent le FN qui défend lui, un autre programme !

Nico37
Messages : 18623
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 15 mai 2011, 14:54:00

wesker a écrit :Euhh...Nico37, la démocratie doit permettre à chacune des idées d'aller se présenter devant les électeurs.

J'ai dit que les idées des identitaires n'étaient pas des idées nationales, fédéralisme, ethnicisme et agitation constituent le fondement de leurs orientations politiques et je trouve légitime que certains français s'y reconnaissent et votent en leur faveur. C'est pourquoi, pour ma part ne les partageant pas je ne suis pas membre de ces formations qui présentent des listes qui sont, comme tu en conviens, des listes concurrentes de celles que mènent le FN qui défend lui, un autre programme !
Je précise : le FN fait un score inférieur ce qui signifie bien qu'au moins 40 sinon 50% des électeurs peuvent voter autre c'est dire si non seulement personne n'est propriétaire des voix mais aussi qu'il y a des nationalismes. Or tu sembles sous-entendre qu'il n'y a pas d'organisations nationalistes en dehors du FN : il va falloir préciser, nuancer, corriger...

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 15 mai 2011, 15:25:00

wesker a écrit :Nico37, ces individus, de Spieler à Carl Lang furent tous membres du FN et le quittèrent par divergences avec la réalité de ce qu'est le nationalisme.

Effectivement, nombre d'électeurs attachés à la défense de la nation, à l'identité de notre peuple et à l'indépendance de notre territoire se reconnaissent dans les valeurs et parfois les propositions émises par les nationaux mais contestent les pratiques de ces organisations qui sont aujourd'hui, et depuis déjà un certain temps, en concurrence avec le FN.

Au regard des propositions et des analyses, tu te rendras compte que ces groupes ne partagent pas les mêmes idées que les électeurs du FN, c'est pourquoi je dis qu'ils ne peuvent se prévaloir d'être représentatif du nationalisme français.
Ils n'ont pas quitté le FN par divergences idéologiques mais pour des raisons diverses. Spieler trop sulfureux a été viré par le Pen dès 1989, par exemple, et là tu aurais peut-être raison de dire qu'il ne cadrait pas vraiment avec l'approche frontiste. Mégret est parti comme on le sait suite à une rivalité avec Jean-Marie Le Pen, il a du partir avec son clan. Ensuite il y a eu un lent pourrissement avec la montée de Marine Le Pen qui a conduit Carl Lang, Martinez, Backeroot, Bompard, Antony, et jusqu'à Vial et Holeindre à quitter le FN. Point de divergences idéologiques majeures, chacun avait sa sensibilité mais la réalité celà a été une lutte de pouvoir et l'appui de JMLP à sa fille contre l'avis de Gollnisch, Lang, Martinez et cie qui a conduit là où on en est. A présent ces gens là sont nulle part, il n'y a pas un parti qui tienne la route, et effectivement des divergences idéologiques entre le BI , les royalistes et cathos tradi, le MNR, le PDF, etc. Car Lang essaie visiblement de réunifier une partie de ce monde, mais çà parait difficile. 

PatJol
Messages : 1832
Enregistré le : 03 juin 2009, 00:00:00
Contact :

Message non lu par PatJol » 15 mai 2011, 20:25:00

Un truc que j'ai découvert très récemment et qui m'a beaucoup surpris, c'est que les commerçants et artisans votent très peu FN. J'étais persuadé du contraire. Ces catégories étaient le socle du poujadisme.
Dans une discussion, le difficile, ce n'est pas de défendre son opinion, c'est de la connaître.
André Maurois

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré