Le FN

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 07 juin 2011, 09:02:00

Le mouvement ne communique pas sur ces exclusions, racaile, ce sont les journalistes, observateurs et détracteurs qui les mettent en avant.

Aujourd'hui, le mouvement est dotée d'une équipe dirigeante, dont la stratégie de crédibilisation de notre projet consiste à mettre en avant nos thèmes économiques et sociaux plutôt que notre attachement à une histoire dont nous sommes fiers. Il n'y a rien de bien nouveau.

Quant au évolutions stratégiques, elles sont conformes à ce que le FN a toujours faits, simplement nous préférons défendre un projet plutôt que de cautionner des comportements qui ne correspondent pas aux attentes et à la crédibilité que les français se font de leurs responsables politiques.

ILYS, l'attachement au progrès social a toujours été une constante chez les nationaux en raison du souci de l'avenir de notre peuple, ce n'est pas le cas de nombreux politiciens qui ne raisonnent hélàs qu'au niveau mondial.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 07 juin 2011, 17:57:00

wesker a écrit :Le mouvement ne communique pas sur ces exclusions, racaile, ce sont les journalistes, observateurs et détracteurs qui les mettent en avant.
Sommes-nous d'accord pour admettre que cela ne change rien à la véracité des faits décrits, tout du moins dans ce cas précis ?
wesker a écrit :Aujourd'hui, le mouvement est dotée d'une équipe dirigeante, dont la stratégie de crédibilisation de notre projet consiste à mettre en avant nos thèmes économiques et sociaux plutôt que notre attachement à une histoire dont nous sommes fiers. Il n'y a rien de bien nouveau.
Je me permets de te rappeler que la fierté de cette histoire a ses limites, comme en témoigne par exemple l'absence de commentaire des sympathisants FN sur ce forum au topic que j'avais consacré à François Duprat (mention d'honneur à Fife pour avoir participé, mais mauvais point pour avoir fait dévier le sujet dès la première page^^) : http://actu-politique.xooit.com/t3554-F ... is-Duprat-…

J'ai personnellement constaté le contraire, le FN newlook cherche à prendre ses distances d'un passé dont il devient très difficile de se gargariser. A tel point qu'on entendrait presque Marine Le Pen chantonner l'internationale où il est question de faire table rase du passé.
wesker a écrit :Quant au évolutions stratégiques, elles sont conformes à ce que le FN a toujours faits, simplement nous préférons défendre un projet plutôt que de cautionner des comportements qui ne correspondent pas aux attentes et à la crédibilité que les français se font de leurs responsables politiques.
Vu de l'extérieur du parti (avec du recul donc), ce n'est pas mon impression. Certes le FN n'a eu de cesse de se populariser mais son obsession dans l'usage du politiquement correct est assez récente. Le soucis de normalité est plus que jamais au programme mariniste et c'est précisément pour cela qu'il y a des purges d'éléments récalcitrants actuellement.
wesker a écrit :ILYS, l'attachement au progrès social a toujours été une constante chez les nationaux en raison du souci de l'avenir de notre peuple, ce n'est pas le cas de nombreux politiciens qui ne raisonnent hélàs qu'au niveau mondial.
Même lorsque Jean-Marie Le Pen se réclamait ouvertement de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher ?
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 08 juin 2011, 16:51:00

ou de Pierre Poujade ... icon_biggrin

Nico37
Messages : 18627
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 09 juin 2011, 21:39:00

-20110605-[zone_info]]Deux spécialistes de l'extrême droite révèlent ce qu'elles estiment être le vrai visage de Marine Le Pen, dissimulé sous un masque sympathique et trompeur 5 juin 2011 08h32 | Par RECUEILLI PAR HÉLÈNE ROUQUETTE-VALEINS, 133 commentaire(s)


Les non-dits du FN

Au cœur des extrémismes
 
Elles appartiennent à la même génération : Caroline Fourest a 35 ans, Fiammetta Venner, 39. La première, diplômée de l'École des hautes études en sciences sociales, s'est beaucoup intéressée aux intégrismes religieux et a notamment publié « Foi contre choix », « Frère Tariq, discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan », « Menaces sur l'universalisme », « Libres de le dire » avec Taslima Nasreen. La seconde, docteur en sciences politiques, s'est penchée sur les extrémismes et a publié « L'Opposition à l'avortement », « L'Extrême Droite et les Femmes », « OPA sur l'islam de France » et « Extrême France ».
Ensemble, elles ont créé la revue « ProChoix », destinée à l'enquête et à la réflexion sur les libertés individuelles et le droit de choisir. Et publié « Les Anti-Pacs ou la Dernière Croisade homophobe », « Tirs croisés, la laïcité à l'épreuve des intégrismes », « Les Nouveaux Soldats du pape. Légion du Christ, Opus Dei, traditionalistes » et « Les Interdits religieux ».

« Sud Ouest Dimanche ». Vous venez de publier un ouvrage sur Marine Le Pen (1). Est-ce une biographie autorisée ?


Caroline Fourest et Fiammetta Venner. Ce n'est pas notre genre. Plutôt un livre combinant travail journalistique et développements universitaires, qui essaie de trouver un équilibre entre la volonté de cerner une personnalité et celle de passer au crible tous les non-dits que l'on trouve dans les discours. Toutes les deux, nous travaillons sur l'extrême droite depuis 1997, ainsi que sur les intégrismes. Nous avons un gros bagage d'archives.


Nous avons rencontré Marine Le Pen et elle nous a accordé une interview très pro. Nous avons également analysé les communiqués et les notes publiés par le Front national. Tout le monde en France a le sentiment de connaître Marine Le Pen parce qu'on l'a vue grandir. Mais on ne sait pas qui elle est. Nous nous sommes interdit de donner le prénom de ses enfants. Cette biographie n'est pas un pamphlet. Reste que le FN s'est toujours servi du droit pour intimider et que nous nous attendons à une pluie de procédures.


L'attentat qui a soufflé l'appartement familial des Le Pen, en 1979, à Paris, doit-il être considéré comme la scène primitive qui a entraîné l'entrée en politique de Marine Le Pen ?


F.V. C'est ce qu'elle essaie de faire croire dans son autobiographie, où elle se fait passer elle et sa famille pour des victimes. Il faut désamorcer cette piste. Toutes les clés ont été données par le détective privé Antoine Méléro (2), qui les a fournies à Jean-Marie Le Pen.


Le divorce de ses parents a-t-il été un autre moment important ?


C.F. Elle l'a très mal vécu et elle a voulu reconstituer la photo. Sa mère vit d'ailleurs dans une petite partie de la maison de Montretout et peut voir dans le jardin ses petits-enfants jouer comme Marine et ses sœurs autrefois. Le contrat politique passé avec son père est plus compliqué. Il s'agit d'un contrat moral mais comportant aussi un droit d'inventaire limité. Il ne faut pas oublier qu'avant de lui succéder, elle a été son avocate. Et la figure du père reste au centre de l'histoire de sa fille, même si celle-ci sort gagnante de la comparaison avec lui. Le Front national, lui, ne change pas : la vitrine tente d'être propre, l'arrière-boutique reste sale.


Marine Le Pen a-t-elle réussi son entreprise de dédiabolisation du FN ?


C. F. En apparence oui. Elle est plus sympathique que son père et c'est bien ce qui est dangereux et constitue un piège pour les journalistes qui s'arrêtent aux apparences. Car, derrière, beaucoup de paradoxes apparaissent et promettent une société qui n'a rien à voir avec ce qu'elle décrit.


Ce décryptage constitue-t-il un des moteurs de votre livre ?


C.F. Nous avons voulu déblayer en quelque sorte le terrain pour faire apparaître les petits arrangements avec la vérité et fournir à ceux qui veulent réfléchir ou écrire sur le FN un mode d'emploi.


Quel a été votre fil rouge ?


C.F. Montrer que les Le Pen constituent une entreprise familiale dans leur rapport avec l'argent, comme avec la politique. Leur histoire est un peu celle du clan Dallas. Et le FN n'est pas une aventure intellectuelle. C'est l'histoire d'un clan qui veut garder la clé du coffre. Les trois sœurs, qui ont conservé le nom de leur père, disent d'ailleurs qu'elles seront des Le Pen jusqu'à leur mort. Nous avons aussi voulu montrer que, si les Français ne veulent pas se faire avoir, il faut qu'ils réfléchissent et qu'ils décryptent.


Quoi par exemple ?


F.V. Le programme économique de Marine Le Pen, s'il était mené à bout, ferait très vite ressembler la France à la Roumanie. Sortir de l'euro, cela peut paraître séduisant mais il ne faut pas oublier que cela signifiera que les 1 000 euros de votre compte en banque ne seront plus que 1 000 francs. Et que nous serions rejetés aux marges de l'Histoire. Marine Le Pen se positionne donc pour la défense des ouvriers et du pouvoir d'achat. Mais elle oublie de dire que le FN a été durant trente ans le parti le plus ultralibéral de France, alors qu'elle-même se présente comme opposée à la mondialisation. Même constat concernant sa position soi-disant féministe. Elle est divorcée et prétend être une femme moderne. Mais elle veut renvoyer les femmes dans leurs foyers pour faire un maximum d'enfants de façon à ne pas recourir à l'immigration. C'est tout simplement une politique nataliste et nationaliste.


Son père faisait des plaisanteries douteuses sur la Shoah. Elle dénonce les prières des musulmans dans la rue. Est-ce le même ressort raciste et xénophobe ?


C.F. Son obsession, c'est d'être reçue en Israël. Ce que son père préparait avant de lâcher la tirade sur les chambres à gaz, « détail de l'Histoire ». La clé pour comprendre le revirement antijuif vers un revirement antimusulman ou antiarabe tient en partie à ceux de ses conseillers qui sont nationaux-révolutionnaires. Marine Le Pen a perdu avec Dominique Strauss-Kahn son meilleur ennemi, mais la France s'est épargné des torrents de boue. Car Marine Le Pen donne des leçons de tenue aux politiques mais elle oublie que son parrain, « Monsieur Éric », mis en examen pour proxénétisme aggravé, dort en ce moment à Fleury-Mérogis…


Ne bénéficie-t-elle pas des conseils de hauts fonctionnaires et d'experts qui se seraient ralliés à elle ?


F.V. Il s'agit surtout de certains jeunes gens diplômés mais pas forcément compétents. En particulier en ce qui concerne la politique internationale, l'équipe est plus que balbutiante.


Le père faisait montre d'un sens certain de l'éloquence et d'un français châtié dans ses discours. La fille est avocate. Y a-t-il entre eux une continuité ?


C.F. La fille a été élevée dans un bain Jean-Marie Le Pen, une ambiance où elle a entendu son père s'exprimer mais cela ne repose pas sur une véritable culture politique. Lorrain de Saint Affrique prétend qu'elle ne lit jamais un livre. Disons qu'elle appartient à la génération 3 000 signes.


Pensez-vous que Marine Le Pen puisse être élue présidente de la République ?


C.F. Elle pourrait arriver au pouvoir sur un malentendu. Actuellement, elle est portée par les sondages dans un contexte de crise économique et de découragement des Français. Et elle avance des propositions politiques aussi démagogiques que dangereuses. À cela, il faut ajouter un traitement médiatique de « peopolisation ». Fiammetta et moi militons pour un journalisme politique qui accorde plus de place et de pédagogie à l'analyse des discours qu'à la mise en valeur des personnes. Quoi qu'il en soit, Marine Le Pen est dans nos vies pour un long moment.


(1) Ed. Grasset, 425 p., 20 euros. (2) Antoine Méléro a écrit « La Main rouge ».

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 10 juin 2011, 13:45:00

Racaille, le mouvement ne sombre pas dans le politiquement correct, puisqu'il défend un projet qui soit réellement différents de ceux qui se pratiquent, sans succès, depuis des années.

Tu évoques ensuite les évolutions, saches que le mouvement a subi, en partie en raison de certains groupes qui se reconnaissaient dans les valeurs nationales sans y adhérer vraiment, elles sont tout à fait cohérente avec son ambition d'accèder aux responsabilités.

Avatar du membre
racaille
Messages : 8609
Enregistré le : 15 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Sous Castaner
Contact :

Message non lu par racaille » 10 juin 2011, 18:48:00

Il est indéniable que le FN est dans une stratégie de séduction qui passe par la dé-diabolisation et une plus grande souplesse sur certains thèmes.

La dé-diabolisation consiste à répéter en boucle "nous ne sommes pas ci" ou "nous ne sommes pas ça", et aussi - surtout - "nous ne sommes plus à l'image de (ici mettre le nom d'un fondateur historique du parti tel que Brigneau, Duprat ou autre collabo/OAS notoire)". Elle passe aussi par la comm' sur l'éviction des néo-fachos qui se sont fait prendre en flagrant délit. Mais encore par l'affirmation de la compatibilité du FN avec la République démocratique.

La souplesse se fait surtout sentir sur les sujets de moeurs tels que l'avortement ou l'homosexualité, au grand dam des cathos tradis qui fuient en masse le parti depuis un certain temps. J'ai même lu récemment un commentaire d'un admirateur de Bernard Antony, expliquant à propos de Marine Le Pen qu'elle n'avait même plus le courage politique de demander l'arrêt de la constructions de mosquées et qu'elle se contentait de demander une réglementation sur la hauteur des minarets.

D'après ce que j'ai compris, le reproche qui est fait au FN mariniste d'être devenu bien-pensant et politiquement correct ne vient pas de la gauche ou de l'UMP mais de tous les déçus de la nouvelle orientation politique du parti.
Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial. K M

Nico37
Messages : 18627
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 10 juin 2011, 21:31:00

Ci-dessous chacun verra que le soit-disant modernisme est très médiatique mais pas réel pour un sou, faut vraiment être sectaire comme les sedevacantistes pour se barrer du FN !

"Marine Le Pen est tout sauf moderne" Propos recueillis par Christophe Barbier et Romain Rosso, publié le 03/06/2011 à 10:45


Marine Le Pen s'est forgé, presque malgré elle, une personnalité très sympathique.


Après ses portraits de Christine Boutin et de Tariq Ramadan, l'essayiste Caroline Fourest publie une biographie de la présidente du FN. Dont elle passe ici au scanner le virage républicain.

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 11 juin 2011, 13:05:00

racaille a écrit :Il est indéniable que le FN est dans une stratégie de séduction qui passe par la dé-diabolisation et une plus grande souplesse sur certains thèmes.

La dé-diabolisation consiste à répéter en boucle "nous ne sommes pas ci" ou "nous ne sommes pas ça", et aussi - surtout - "nous ne sommes plus à l'image de (ici mettre le nom d'un fondateur historique du parti tel que Brigneau, Duprat ou autre collabo/OAS notoire)". Elle passe aussi par la comm' sur l'éviction des néo-fachos qui se sont fait prendre en flagrant délit. Mais encore par l'affirmation de la compatibilité du FN avec la République démocratique.

La souplesse se fait surtout sentir sur les sujets de moeurs tels que l'avortement ou l'homosexualité, au grand dam des cathos tradis qui fuient en masse le parti depuis un certain temps. J'ai même lu récemment un commentaire d'un admirateur de Bernard Antony, expliquant à propos de Marine Le Pen qu'elle n'avait même plus le courage politique de demander l'arrêt de la constructions de mosquées et qu'elle se contentait de demander une réglementation sur la hauteur des minarets.

D'après ce que j'ai compris, le reproche qui est fait au FN mariniste d'être devenu bien-pensant et politiquement correct ne vient pas de la gauche ou de l'UMP mais de tous les déçus de la nouvelle orientation politique du parti.
Cà faiut un bail qu'Antony a quitté le FN. Antony a beaucoup de défauts mais pas celui de l'hypocrisie socialiste. icon_mrgreen

Nico37
Messages : 18627
Enregistré le : 24 avr. 2011, 00:00:00

Message non lu par Nico37 » 11 juin 2011, 14:08:00

Ilikeyourstyle a écrit :
racaille a écrit :Cà fait un bail qu'Antony a quitté le FN. Antony a beaucoup de défauts mais pas celui de l'hypocrisie socialiste. icon_mrgreen
Faudra un jour que tu penses à développer ta pensée...




 
VERBATIM. Les bonnes feuilles du livre de NKM


Image

Voici en exclusivité les principaux passage de l'ouvrage de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie et du Développement durable (Le Front Antinational, Editions du Moment, 9,95 euros).Nous avons séparé l'analyse de NKM en plusieurs thèmes : des responsables frontistes toujours aussi radicaux; un programme économique  dangereux; quelle stratégie : voter PS ou FN ?

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 11 juin 2011, 14:15:00

icon_arrow Séance de dédicace du bouquin de NKM à la FNAC Montparnasse: 5 minutes douche comprise, zéro client


icon_arrow Rober Menard viré de RTL. Toute relation avec sa nouvelle proximité avec le FN est absolument exclue.

Avatar du membre
wesker
Messages : 32008
Enregistré le : 18 mai 2009, 00:00:00
Localisation : Proche de celles et ceux qui vivent dans le pays réel

Message non lu par wesker » 11 juin 2011, 15:04:00

Racaille, tu fais référence à des personnes qui n'appartiennent pas au mouvement (Duprat...) de MArine Le Pen. En revanche, certains ministres membre ancien d'occident ou ordre nouveau ou Président décoré du régime vichyste sont totalement passés sous silence.

Dès lors, le mouvement ne procède pas à un reniement idéologique, mais plus simplement à la mise en adéquation de ses thèmes avec les préoccupations réelles des français.

Ces derniers ne pensent pas à des questions spirituelles mais se demandent comment bouclier leurs fins de mois, trouver un job, comment faire face à l'envolée des tarifs énergétiques. Ils s'interrogent sur la réalité bugétaire du pays, mais aussi s'iqnuiète de son décrochage économique, sont inquiets de la perte de repère, d'identité...Et c'est à ces questions que le mouvement apporte ses réponses.

Avatar du membre
Ilikeyourstyle
Messages : 4387
Enregistré le : 06 déc. 2010, 00:00:00
Localisation : La Perle
Contact :

Message non lu par Ilikeyourstyle » 11 juin 2011, 17:37:00

wesker a écrit :Racaille, tu fais référence à des personnes qui n'appartiennent pas au mouvement (Duprat...) de MArine Le Pen. En revanche, certains ministres membre ancien d'occident ou ordre nouveau ou Président décoré du régime vichyste sont totalement passés sous silence.

Dès lors, le mouvement ne procède pas à un reniement idéologique, mais plus simplement à la mise en adéquation de ses thèmes avec les préoccupations réelles des français.

Ces derniers ne pensent pas à des questions spirituelles mais se demandent comment bouclier leurs fins de mois, trouver un job, comment faire face à l'envolée des tarifs énergétiques. Ils s'interrogent sur la réalité bugétaire du pays, mais aussi s'iqnuiète de son décrochage économique, sont inquiets de la perte de repère, d'identité...Et c'est à ces questions que le mouvement apporte ses réponses.
François Duprat est mort assassiné étant membre du bureau national du FN. Soupçonné d'être un espion, c'était un authentique fasciste passé par tous les groupuscules d'ED des années 50 et 60, et un ancien de l'OAS. Sans doute le père de la doctrine négationniste et révisioniste, et un antisémite forcené.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 11 juin 2011, 17:53:00

J'évite soigneusement de me mêler des partis politiques français, mais j'ai reçu le dernier discours de Marine Le Pen.

J'avoue aimer sa voix. Mais quand on lit ses stupidités, on frémit.

                                                                   -----------------------------------------------------------

 L’actualité d’abord nous rappelle combien il est nécessaire de contrôler ce qui entre sur notre territoire national : la présence de la bactérie mortelle Escherichia Coli dans notre alimentation pose la question des importations agricoles.

-) La bactérie, et la fermeture des frontières, c'est surtout 5 millions d'euros perdus par semaine enFrance, rienque pour les agriculteurs, auquel il faut en ajouter autant pour les circuits commerciaaux  ! Ca,elle ne le dit pas.

 Il y a quelques années souvenez-vous, c’était en 2008, des fauteuils importés de Chine causaient de terribles brûlures à leurs utilisateurs. Nous étions dans le même type de problématique : laisser grandes ouvertes les portes de la maison France nous expose à tous les risques, et à tous les dangers.

-) Elle joue sans vergogne sur la trouille des gens. En principe,tout ce qui entre en Europe doit avoir son label de certification.

La question de la réindustrialisation et des protections aux frontières répond aussi à un objectif économique et social évident. 30 ans de libre-échange intégral, d’ouvertures complètes des frontières, plus que partout ailleurs dans le monde, n’ont pas produit de bons résultats. Bien au contraire : la France s’est massivement désindustrialisée, connaît depuis des décennies le chômage de masse, conséquence de cette désindustrialisation, et perd progressivement des parts de marché dans le commerce mondial.

-) Si la France s'est désindustrialisée et a perdu des parts de marché, c'est tout simplement parce qu'elle n'est plus compétitive. Si elle avait fermé ses frontières, elle aurait dû se contenter de son seul marché intérieur (soit 10 % de sa production industrielle),autrement dit la mort.


Je précise tout de suite que je réfute totalement l’idéologie d’une « économie sans usines », qui ne vivrait que de services. Cette idéologie a fait long feu, nous l’avons d’ailleurs toujours vivement combattue au Front National même lorsqu’elle était à la mode parmi les élites. Il est évident que les services n’existent pas sans production, et sans industrie. Une économie vidée de ses ouvriers, de ses travailleurs, de ses ingénieurs, de ses cadres est une économie très faible, sans avenir.

-) Elle va faire comment ? Aucune industrie ne peut survivre en France si elle n'assure pas son plus gros chiffre d'affaires à l'étranger,ce qui l'oblige à s'y implanter, tout commeToyota, pour avoir le marché européen,a dû s'établir chez nous.


Il y a donc nécessité absolue de réindustrialiser la France. Un rapport établi par le Ministère de l’Economie et des Finances en février 2010 a montré qu’en 30 ans, l’industrie française a perdu 1,9 million d’emplois, soit 36% de ses effectifs, et que son poids dans le PIB a reculé de plus de 10 points : de 24% du PIB en 1980 à 13% aujourd’hui. Ce rapport ne tenait pas compte des années postérieures à 2007, mais la dégradation s’est encore accélérée après : en 2009, l’industrie française a perdu 200 000 emplois ! C’est sous le mandat de Nicolas Sarkozy que l’industrie a historiquement perdu le plus grand nombre d’emplois. Le déficit des échanges de produits industriels s’est considérablement creusé en 30 ans : -15 milliards d’euros en 1980, et –54 milliards d’euros en 2007. On a d’ailleurs appris hier que notre déficit commercial a battu un nouveau record historique en avril : 7,14 milliards d’euros en un mois !
J’ajoute un chiffre très frappant : 57% des voitures vendues en France ne sont pas fabriquées dans notre pays, contre 43% en 1999.

-) Si les voitures étaient entièrement fabriquées en France, elles seraient impayables ! Les pertes d'emplois n'ont rien de "politique", c'est simplement la résultante des salaires,des 35 heures, des charges et taxes d'un système au bout de son rouleau. Elle fera quoi, la Diva ?

Clairement, les gens qui l'écoutent sont plus sensibles à la musique qu'attentifs aux paroles :-)
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34058
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 12 juin 2011, 10:57:00

Bonjour,

 Marine Le Pen multiplie les plaintes pour diffamation depuis qu'elle a pris la tête du Front national. Une politique qui s'inscrit pleinement dans sa stratégie de dédiabolisation du FN. 

Depuis qu'elle est présidente du Front national, Marine Le Pen n'hésite plus à brandir l'arme juridique quand elle s'estime victime de diffamation. La plainte est devenue un instrument incontournable de la nouvelle stratégie de communication du FN. 
Contacté par LEXPRESS.fr, le vice-président du FN Louis Aliot, déclare que son parti va porter plainte contre les auteurs de deux livres consacrés au FN qui ont été publiés récemment. Une biographie de Marine Le Pen écrite par la journaliste Caroline Fourest et l'essai Le Front antinational signé par la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.  
"Nous ne nous laisserons plus insulter sans rien faire, le livre de Caroline Fourest (une biographie consacrée à Marine Le Pen ndlr) est truffé d'inexactitudes. Nous ne pouvons pas accepter de lire que le père de Jean-Marie Le Pen pêchait du poisson pour les Allemands en 1942, nous souhaitons simplement rétablir la vérité", affirme Louis Aliot.  
Dans la journée de samedi, Marine Le Pen enfonçait le clou en déclarant qu'elle envisageait également de porter plainte contre Jacques Chirac. Dans une interview au Figaro, l'ex-Président avait qualifié le FN de "parti de nature raciste et xénophobe." 


Ces procédures n'ont rien de décisions isolées. En l'espace de six mois, une vingtaine de plaintes a été déposée par Marine Le Pen. Dès qu'elle s'estime calomniée, la nouvelle présidente du FN saisit les tribunaux. Parmi les personnes visées récemment, Rama Yade, Jean-Luc Mélenchon, Fadela Amara ou bien encore le rappeur Cortex....  
Une cellule juridique au Front
La technique d'intimidation a fait ses preuves. Mis en accusation pour des propos très musclés, le directeur de publication de Rivarol, Jérôme Bourbon, confie qu'il fait beaucoup plus attention à ses propos. "Sur le fond rien n'a changé, sur la forme je suis beaucoup plus mesuré. Marine Le Pen n'hésitant pas à sortir l'artillerie lourde dès qu'elle se sent critiquée". 


Trésorier du parti et avocat de formation, Wallerand de Saint-Just est la pierre angulaire du dispositif. Joint par LEXPRESS.fr, il reconnaît qu'il y a "beaucoup de procédures judiciaires intentées" depuis que Marine Le Pen est présidente du Front. Un changement de ton qui le réjouit, "le FN ne se fera plus marcher sur les pieds désormais".  
Depuis quelques temps, cette cellule juridique s'est même étoffée avec l'arrivée de Gilbert Collard. "Il va prendre de plus en plus d'affaires à son compte", confie Louis Aliot. L'avocat marseillais "va plaider les procès les plus médiatiques comme celui du rappeur Cortex", ajoute Wallerand de Saint-Just.  


"Cette multiplication des plaintes s'inscrit dans la quête de crédibilité et de dédiabolisation de Marine Le Pen", analyse Jean-Yves Camus. "Elle avait même menacé de porter plainte contre les commentateurs politiques qui parlaient d'extrême droite, ça aurait fait beaucoup de monde", précise ce politologue et chercheur associé à l'IRIS. 
Cette attitude procédurière tient également au parcours personnel de Marine Le Pen, selon le sociologue Sylvain Crépon. "A travers cette multiplication des plaintes, on perçoit une blessure narcissique, avance-t-il. Elle cherche à la fois à rénover l'image du FN mais également à sauver l'honneur de son père, à dédiaboliser son parti mais également à terroriser les journalistes qui pourraient l'attaquer."



Une stratégie de communication
Pour l'historien Nicolas Lebourg, ce comportement s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle stratégie de communication. "Tout au long de sa carrière politique, Jean-Marie Le Pen s'est servi des plaintes intentées contre lui pour se victimiser. Sa fille n'a pas le même passé et ne peut donc plus utiliser ce procédé. Aujourd'hui, la situation s'est inversée, c'est elle qui porte plainte pour se poser en victime des attaques qu'elle déclare subir."  
L'arme judiciaire a souvent été utilisée dans l'histoire du Front. Pour le politologue Erwan Lecoeur, "le FN s'est toujours placé dans l'utilisation médiatique du juridique, c'est une culture familiale (Marine Le Pen et son père ont fait des études de droit, ndlr). Jean Marie Le Pen a perdu beaucoup de procès en diffamation mais ceux qu'il a réussi à gagner, il s'en vante encore".  


Un avis que partage Lorrain de Saint-Affrique, ancien conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen entre 1984 et 1994, ayant rompu avec l'extrême droite. "Je me rappelle qu'après plusieurs procès perdus, Jean-Marie Le Pen m'avait dit: 'Les magistrats sont en train de remarquer qu'on les instrumentalise'. Ils se sont rendus compte que le FN ne cherchait pas à réparer un préjudice mais à profiter de l'aspect publicitaire de certaines décisions de justice. D'ailleurs très souvent Jean-Marie Le Pen annonçait une plainte mais n'allait pas au bout de sa démarche. Marine Le Pen a systématisé cette stratégie et ne laisse plus rien passer."  



Lexpress.fr

 
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
Nombrilist
Messages : 58686
Enregistré le : 08 févr. 2010, 00:00:00

Message non lu par Nombrilist » 12 juin 2011, 11:00:00

On a déjà vu Sarkozy virer 2-3 journalistes. Mais alors qu'est ce que ça va être si MLP arrive au pouvoir. C'est au moins une centaine de tête qui vont tomber. Une grande démocrate cette Marine !

Répondre

Retourner vers « Mieux connaitre vos partis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré