Les conditions de travail en France

Venez discuter des problèmes du travail dans notre pays, mais aussi des problèmes sociaux ( retraites, chomage...)
lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 12 août 2009, 20:34:00

mps a écrit : Ta dernière phrase me semble particulièrement utile, Lancelot ...

Elle ne l'aurait pas été il y a 20 ans, mais l'égalitarisme fait perdre la boule à certains ...
Et elle l'est car elle montre bien la relation de travail. Le chantage au licenciement est un excellent moyen de pression. (je vous rappelle que je n'utilise pas le mot harcèlement, volontairement.)
De plus, il est abondamment utilisé. Certains en rient, d'autres s'en émeuvent, d'autres encore le subissent. (Tout le monde n'a pas votre nature ...) C'est une réalité que vous me contesterez sans doute, mais vous ne me ferez pas changer d'avis. Je suis trop au contact de ces cas pour les nier.

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 12 août 2009, 21:26:00

Pourquoi le nierais-je ? Il y a des patrons qui menacent de virer, comme des salariés qui menacent de claquer la porte. Dans les deux cas, des menaces de pauvres types.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34136
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 12 août 2009, 21:44:00

Bonjour,

Sauf que pour un employeur il est plus simple de retrouver un salarié, alors qu'il est plus difficile pour un salarié de retrouver un employeur.

Mps tu parle de positiver, des syndicats dénoncent les "pressions" imposées aux salariés après le suicide d'un cadre de 51 ans qui a fait de son travail la "seule cause" de son geste. "Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C'est la seule cause", a écrit ce fonctionnaire de 51 ans, dans une lettre adressé à sa famille et communiquée, selon sa volonté, à ses collègues et aux délégués du personnel, où il dénonce notamment l'"urgence permanente", la "surcharge de travail", l'"absence de formation", la "désorganisation totale de l'entreprise" et le "management par la terreur".

Selon Patrick Ackermann (Sud-PTT), depuis février 2008, 18 suicides et 10 tentatives de suicides ont eu lieu à France Télécom, qui emploie 102.254 salariés, dont 70% de fonctionnaires.
 
Un petit rappel sur les quelque 23,5 millions de personnes qui exercent une activité rémunérée, 6,8 millions sont des employés : ils travaillent dans le commerce, dans le secteur privé, la fonction publique ou pour le compte de particuliers.
Plus d'un quart (près de 6 millions) sont des ouvriers (qualifiés ou non) : ils travaillent dans une usine, un chantier de construction... ou encore chez un artisan, comme boulanger par exemple.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 août 2009, 08:15:00

Tout est relatif, Politicien.
Sauf que pour un employeur il est plus simple de retrouver un salarié, alors qu'il est plus difficile pour un salarié de retrouver un employeur.
Quant un employeur a engagé un type qui ne connait rien à l'entreprise, l'a formé pendant des mois ou parfois des années, le chantage au départ de celui qui se croit indispensable ne fait pas plaisir. On ne remplace pas, par exemple, une secrétaire au courrant des dossiers d'un simple coup de fil.
Mps tu parle de positiver, des syndicats dénoncent les "pressions" imposées aux salariés après le suicide d'un cadre de 51 ans qui a fait de son travail la "seule cause" de son geste. "Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C'est la seule cause", a écrit ce fonctionnaire de 51 ans, dans une lettre adressé à sa famille et communiquée, selon sa volonté, à ses collègues et aux délégués du personnel, où il dénonce notamment l'"urgence permanente", la "surcharge de travail", l'"absence de formation", la "désorganisation totale de l'entreprise" et le "management par la terreur".
Si c'était le cas, il n'y aurait évidemment pas qu'un salarié à se suicider ! Il faut voir les raisons profondes qui ont induit ce geste : manque de confiance en soi, crainte du rejet familial, que sais-je. Un suicide n'a jamais une seule cause. Sa déclaration est évidemment le dernier cadeau qu'il pouvait faire à sa famille, en espérant qu'elle  donne ouverture à des dommages et intérêts.


Selon Patrick Ackermann (Sud-PTT), depuis février 2008, 18 suicides et 10 tentatives de suicides ont eu lieu à France Télécom, qui emploie 102.254 salariés, dont 70% de fonctionnaires.
Cela fait 0,000176 %. Est-ce un taux anormal ? http://suicide.ecoute.free.fr/quizz/SE_ ... _2005.html
 
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

lancelot
Messages : 8370
Enregistré le : 19 mai 2009, 00:00:00

Message non lu par lancelot » 13 août 2009, 08:53:00

Mps a dit : Quant un employeur a engagé un type qui ne connait rien à l'entreprise, l'a formé pendant des mois ou parfois des années, le chantage au départ de celui qui se croit indispensable ne fait pas plaisir. On ne remplace pas, par exemple, une secrétaire au courrant des dossiers d'un simple coup de fil.

Ca c'est une légende ou plutot un argument libéral archi connu et dénué du moindre intéret:

- Soit il s'agit d'un personnel non cadre donc facile a remplacer : preavis 1 mois ou 2

- Soit il s'agit d'un cadre (au courant des dossiers) : preavis 3 mois mini

Il me semble que durant ce laps de temps il est parfaitement possible de recruter et former non ?

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 août 2009, 10:02:00

Certainement pas ! Une secrétaire n'a d'intérêt que si elle se souvient desnoms et des faits, dans des dossiers remontant à plusieurs années.

Et, pour mon expérience, même si je suis "rapide et rusée", je considère que je n'ai été tout à fait à l'aise avec les tenants et aboutissants des décisions que je prenais qu'après une bonne année de pratique.

Plus le niveau est élevé, plus il y a de paramètres à intégrer. Une dactylo qui se barre, c'est 3 jours de formation pour sa remplaçante. Mais tu ne remplaces pas au pied levé, pr exemple, un responsable crédit dans une banque, ou un clerc de notaire, qui doit pratiquement connaître la vie de chacun de ses clients.
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34136
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 13 août 2009, 10:09:00

Bonjour,

Oui sauf qu'attend mps on parle de condition de travail, et qu'une secrétaire n'a pas les pires conditions de travail, à moins qu'elles subissent des pressions, et donc quand on a de bons éléments on fait tout pour les garder et normalement ils ne subissent pas de pression.
D'ailleurs la pénibilité physique s’accroît essentiellement pour les moins qualifiés. Près de quatre ouvriers sur dix déclarent subir des nuisances sonores et plus de la moitié exercent dans la saleté, contre respectivement 6,5 % et 8,3 % des cadres supérieurs.

Tu as dis plus haut : Si c'était le cas, il n'y aurait évidemment pas qu'un salarié à se suicider ! Il faut voir les raisons profondes qui ont induit ce geste : manque de confiance en soi, crainte du rejet familial, que sais-je. Un suicide n'a jamais une seule cause. Sa déclaration est évidemment le dernier cadeau qu'il pouvait faire à sa famille, en espérant qu'elle  donne ouverture à des dommages et intérêts.

Il n'y a pas eu qu'un seul cas, on en compte 18. Et moi je ne parle pas de statistique, on parle bien de 18 familles.

A plus tard,
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Avatar du membre
mps
Messages : 20146
Enregistré le : 01 mars 2009, 00:00:00
Localisation : Belgique

Message non lu par mps » 13 août 2009, 12:46:00

C'est toujours dramatique, un suicide. Mais il y en a plus en France que d'accidents de la route (je viens de voir cela sur Internet).

Certains métiers semblent y contribuer, comme la Police, mais les causes essentielles du suicide sont à rechercher dans l'image que l'individu a reçue de lui dans son enfance. Par exemple, l'"amour conditionnel" qui donne une véritable panique de l'échec. Aucune situation ne pousse un type sain au suicide.

Si le boulot est vraiment intolérable, on change son fusil d'épaule.J'ai revu un formidable employé de ma mutuelle, un type souriant,dévoué, actif, qui a fini par craquer : il conduit désormais des trams, et est ravi ...  Quelle pathologie maintient-elle un type à subir plus qu'il ne le peut jusqu'à la mort ?  Pourquoi, dans la masse de gens qui n'apprécient pas leur contexte de travail, tous e se suicident-ils pas ?
C'est quand on a raison qu'il est difficile de prouver qu'on n'a pas tort. (Pierre Dac)

Avatar du membre
Ayahuasca
Messages : 1095
Enregistré le : 13 août 2009, 00:00:00

Message non lu par Ayahuasca » 13 août 2009, 13:02:00

A parler de suicide au travail/lié au travail, il faudrait se pencher sur la notion de mobbying, j'espère que vous n'êtes pas sans l'ignorer...
"Oh, but you can't expect to wield supreme executive power just because some watery tart threw a sword at you." Dennis, Monty Python's Holy Grail

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 13 août 2009, 13:10:00

MPS
rapide peut etre mais rusée, je doute
car dans la realité pour baucoups de gens en prend le premier travaille que lon trouve, .et de plus dans la realité les patrons virent les employer les plus anciens, car il coute plus chere.
et quand tu voie a la vitesse ou il ferme une usine, c est pas pour garder, tel et tel personne.
le coté humain ne rentre pas en comptes,.
pour un patrons, personne n est indispensable.
donc les flics qui vivent mal en cas changer de travaille..possible.
mais certain ouvriers en une pression sur leurs epaules, travaille, familles, dettes, quils se sentent perdues
de plus il faut etre de plus en plus productif, (en est pas des machines non)
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 13 août 2009, 19:33:00

Bonsoir,
Ayahuasca a écrit : A parler de suicide au travail/lié au travail, il faudrait se pencher sur la notion de mobbying, j'espère que vous n'êtes pas sans l'ignorer...
C'est vrai que le harcèlement a été évoqué mais pas forcément ceux dirigés contre une personne avec un but finalement : qu'elle parte..  dans ce cas-là, je me demande quelle est la réaction et surtout la défense (indices ? témoignages ? .. hiérarchie) de cette personne .. surtout si elle est isolée, sans presque rien à faire et que tout est fait pour la pousser à la faute ou qu'elle démissionne. Ses conditions doivent être difficiles à supporter.
Voyez ce lien pour la réparation du préjudice et quelques autres articles intéressants ici.

Pour revenir sur les conditions, disons classiques, de travail, elles influent directement sur la santé des gens, surtout dans certaines branches, accidents, risques de maladies professionnelles... absentéisme..

à plus

Avatar du membre
Ayahuasca
Messages : 1095
Enregistré le : 13 août 2009, 00:00:00

Message non lu par Ayahuasca » 13 août 2009, 22:58:00

Je connais bien le sujet puisque feu mon père, cadre, a malheureusement été victime de mobbying. L'enfer sur Terre, et je reste persuadée que cela a contribué à sa mort. J'ai donc été baignée dans toute la procédure, et dans le processus.
Comme ça c'est écrit, même si je tiens à laisser l'affect de côté.

C'est un mécanisme extrêmement vicieux qui joue sur divers tableaux (professionnels, affectifs, familiaux, estime de soi, confiance en les autres, dépression, culpabilité etc), ne laisse que peu de traces et dont l'atout principal est qu'il est souvent nié ou minimisé par les allogènes. Les conditions des personnes, de plus en plus nombreuses, les prud'hommes ne désemplissent pas, ne sont pas difficiles, elles sont atroces. C'est un procédé excessivement pervers, souvent très efficace, qui va jusqu'au suicide, y compris voire avant tout chez les cadres.

pour le reste, oui, les conditions de travail jouent sur le physique et le mental, mais c'est également à cause de l'importance que les gens accordent à la valeur travail.
"Oh, but you can't expect to wield supreme executive power just because some watery tart threw a sword at you." Dennis, Monty Python's Holy Grail

Avatar du membre
Libre penseur
Messages : 2167
Enregistré le : 17 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : Vendée

Message non lu par Libre penseur » 14 août 2009, 00:41:00

Tout travail à ces inconvénients et ces avantages, le principal c'est de prendre du plaisir au travail, certains le font par nécessité, d'autres pour s'accomplir, reste que la principale motivation, c'est souvent le salaire.

La course aux chiffres a aussi développer des tensions et des pressions au sein du salariat, cela dépend souvent du type de management pratiqué et de l'ambiance qui règne au sein de l'entreprise.

lambertini
Messages : 3119
Enregistré le : 29 nov. 2008, 00:00:00
Localisation : normandie

Message non lu par lambertini » 14 août 2009, 15:34:00

icon_biggrin le travaille c est dangereux ,.
a toucher avec moderation.quand je pense aux pauvres gens qui pousser par la pression de leurs encadrements ce suicides. quelle miseres..
si un patron me mettrais une presion pareil je lui demonte la téte, lui fait la caisse , et en plus lui fait une belle crote sur sont burreau.
et si moi sa ne suffit pas,c est toutes la famille qui deboulle.
c est simple chez nous.
on dit souvent tu n ai jamais seul ,tu a un peuple derriere toi
la caravane passe et les chiens aboient

Avatar du membre
Gis
Messages : 4939
Enregistré le : 13 oct. 2008, 00:00:00
Localisation : Loire-Atlantique

Message non lu par Gis » 14 août 2009, 16:03:00

Mon cher Lambertini,


Tu plaisantes je suppose, tu peux pas faire cela.. encore une fois, il y a des lois même si le patron se comporte de cette façon : il faut le prouver et le "démolir" sera juste la raison pour laquelle tu te retrouveras en garde à vue..  quoique tu en dises, ce n'est pas si simple..

à plus

Répondre

Retourner vers « Travail »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré