Sécheresse à Paris et dans 31 départements

venez parler des sujets de société qui vous concerne ( drogue, alcool, avortement...)
Répondre
Avatar du membre
politicien
Site Admin
Messages : 34088
Enregistré le : 30 août 2008, 00:00:00
Compte Twitter : @LActuPolitique

Message non lu par politicien » 14 août 2009, 22:10:00

Bonjour,    La préfecture de Paris a déclenché le «seuil de vigilance» pour une utilisation de l'eau de «manière raisonnée et économe» en raison de la sécheresse. Les départements de Seine-et-Marne et de l'Yonne, dont les débits des petites rivières ont continué à baisser en juillet après un mois de juin peu pluvieux, sont touchés par la sécheresse, alors que leurs cours d'eau contribuent à l'alimentation en eau potable de Paris.     Une diminution des nappes phréatiques est observée depuis plusieurs années en Ile-de-France, En avril, Caroline Mahé, la responsable du pôle police de l’eau à la Direction départementale de l’équipement et de l’agriculture de Seine-et-Marne, expliquait que la nappe phréatique du Champigny (dont l'eau ne nécessite que très peu de traitement avant d’être consommée par les Parisiens) n'avait pas fait le plein l'hiver dernier. Pour compenser la faible pluviométrie durant les mois froids, le volume d’eau extrait de la nappe du Champigny avait déjà été limité de 35 %.       Ce seuil a été signalé en application de l'arrêté cadre sécheresse du 27 mai 2009 qui définit pour Paris «des mesures coordonnées de limitation provisoire des usages de l'eau par principe de solidarité entre les usagers d'une même ressource en eau». Le seuil de vigilance avait déjà été déclenché, il y a un an jour pour jour l'an passé.    Au moins 31 départements, principalement dans une vaste moitié nord de la France, avaient pris des mesures de restriction des usages de l'eau à la fin du mois de juillet, selon un décompte lundi du ministère de l'Ecologie.  "La situation de la moitié sud est plutôt meilleure qu'en 2008, en revanche elle est un peu moins favorable que l'an passé sur la moitié nord, région Poitou-Charentes comprise", a indiqué à l'AFP un conseiller.  "On n'est pas dans une année de grosse sécheresse", a cependant souligné cet interlocuteur.  Quand des restrictions sont recensées dans un département - 31 à ce jour - elles indiquent qu'une rivière ou une nappe au moins de ce département présente un déficit, selon le protocole défini avec les préfets depuis la grande sécheresse de 2003, a expliqué cet expert.   Deux régions - Poitou-Charente jusqu'au Loiret, soit le centre-ouest, et la Beauce jusqu'au sud de la région parisienne - sont touchées chaque année de façon récurrente en raison des nappes souterraines déficitaires.  "Plutôt qu'un épisode de sécheresse, ces restrictions révèlent un déficit devenu structurel: dans certains endroits, quelle que soit la pluviométrie, dès qu'il fait chaud et qu'il faut arroser les maïs, les restrictions s'avèrent nécessaires", remarque le ministère   Image  Qu'en pensez vous ?     A plus tard,   
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » Le débat ne s'arrête jamais sur Actu-Politique

Répondre

Retourner vers « Société »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Papibilou